Chronique «L'air du temps» - Le retour de manies vieilles

ERIC FEFERBERG/AFP

La France se pique de changement à chaque élection mais reste immuable. Tant mieux !

S’il y a une chose dont personne ne parle spontanément avec des amis, c’est bien de réforme constitutionnelle. Quelle personne normale se soucie d’un tel sujet ? Qui réclame une VIe République ? A priori, personne. Sauf les hommes politiques ! Ces alchimies mystérieuses, c’est leur truc. Un jour, le mandat présidentiel de sept ans ne leur a plus convenu. Pourquoi ? On ne le sait pas bien. Après un grand tralala fastueux, anachronique et monarchique à Versailles, ils l’ont donc ramené à cinq. Personne parmi nous n’avait été consulté. À présent, retour de bâton, ils se tâtent en sens inverse et reviendraient bien à sept ans. Pourquoi ? Toujours mystère. On nous tiendra au courant. Ou pas.

Lire aussi:Chronique «L'air du temps» - Mélenchon, l'insurgé de prédilection

De toute façon, aujourd’hui, ils ont changé de marotte. C’est la loi électorale qu’ils veulent modifier. Depuis cinquante ans, la proportionnelle était clouée au pilori. Avec elle, c’était le retour garanti au « régime des partis ». Pourquoi pas, d’ailleurs ? Toutes les démocraties vivent sous ce régime. Mais, chez nous, cela rendait le pays ingouvernable. Si on en juge par Israël, qui a adopté ce système, ou l’Italie, qui s’en débarrasse, en effet, c’est plausible : les extrémistes font la loi. Désormais, nouvelle donne : il nous en faudrait une bonne dose. Juste au moment où ils n’en ont sans doute plus besoin, on offre aux partis extrémistes ce qu’ils réclamaient depuis des lustres. Mieux vaut ne pas chercher à comprendre. Ça sera juste l’occasion d’une fête ruineuse et anachronique à Versailles. Députés et sénateurs rapporteront à leurs enfants menus imprimés dorés sur bristol et timbres datés du premier jour et tout le monde sera content. La France,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles