Christophe, "un faible comme Johnny Hallyday" : un proche de son fils illégitime se lâche sur le chanteur

Plus de trois ans après sa mort, Christophe refait parler de lui alors qu'il est le centre d'un livre intitulé Christophe, mon père inconnu (Robert Laffont) co-écrit par le biographe Bernard Pascuito et le fils que le chanteur n'a jamais reconnu Romain Vidal. Dans les colonnes de Télé-Loisirs, l'écrivain a fait des confidences inattendues sur le caractère de l'interprète d'Aline et des Mots bleus. Il a expliqué qu'après des mois à se pencher sur la vie du chanteur, il n'avait pas réussi à résoudre un mystère : "Pourquoi Christophe a-t-il décidé de ne pas reconnaître cet enfant ? À partir du moment où Christophe dit à Michèle Torr : 'Qu’est-ce que tu comptes faire ?', cette dernière coupe les ponts dans sa tête et se jure de ne plus jamais lui parler de leur fils. On peut la comprendre dans la mesure où c’est un enfant qu’il réclamait, à l’origine. En fait, c’est un velléitaire, Christophe…" Ainsi, il sous-entend que Christophe était quelqu'un de faible et il ne nie pas. "Oui, Christophe était quelqu'un de très faible. C’est un peu comme Johnny Hallyday… Beaucoup de gens vous diront que personne ne lui faisait faire ce qu’il n’avait pas envie de faire. Sauf que ces gens confondent le métier et la vie privée. Johnny c’était le boss en plateau, en concert, en studio. Mais il se cachait pour voir sa fille Laura. Pareil pour Christophe, avec son fils Romain", a ainsi lancé Bernard Pascuito sans prendre de gants.

Christophe (...)

Lire la suite sur Closer

Charlene de Monaco exaltée à Marseille : dans les tribunes du Vélodrome aux côtés de son mari, elle se lâche
Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : “Tout le monde était passé à côté”, cette terrible affaire aux similitudes flagrantes
"J’ai refusé…" : cette proposition tentante à laquelle Julie Andrieu a opposé un non catégorique
“Des voix dans la tête” : un jeune homme de 21 ans commet l’indicible envers sa mère
"Je trouve ça dur de poser cette question" : Sofia Essaïdi garde son calme mais n’en pense pas moins