Christophe Dettinger réclame 3 millions d'euros à Leetchi

Claire Tervé

LEETCHI - Une affaire de "perte de chance". Christophe Dettinger, l'ancien boxeur condamné à de la prison ferme pour avoir frappé deux gendarmes lors de l'acte VIII des gilets jaunes à Paris, réclame trois millions d'euros à Leetchi.com, annonce 20 Minutes ce mercredi 20 mars.

Le gilet jaune et son épouse ont fait délivrer une assignation devant le tribunal de Paris à la plateforme de collecte de dons dans laquelle ils lui réclament 3.120.768 euros de dommages et intérêts. En effet, ils leur reprochent d'avoir fermé la cagnotte de soutien qui leur était dédiée deux jours après son ouverture alors qu'elle aurait dû rester ouverte 43 jours de plus, comme le veut le règlement de la plateforme.

Ces trois millions d'euros correspondent à ce que Christophe Dettinger aurait dû toucher, selon lui, si Leetchi n'avait pas clôturé au bout de deux jours la fameuse cagnotte créée par ses proches après son arrestation. Voici un extrait de l'assignation

sde

"Cette cagnotte devait durer 45 jours selon les règles de Leetchi, explique à 20 Minutes Laurence Léger, l'avocate de l'ancien boxeur. Or, Leetchi a décidé unilatéralement de la fermer après 48 heures. Et en deux jours, plus de 145.000 euros avaient déjà été versés. Il suffit de faire le calcul. En droit civil, on appelle cela la 'perte de chance'".

En plus des trois millions, le couple demande aussi le versement de la somme déjà présente sur la cagnotte et actuellement bloquée depuis le 8 janvier: 145.152,46 euros.

Leetchi saisit la justice sur le versement des donations

Leetchi a en effet bloqué le versement des donations et saisit la justice pour qu'elle tranche sur ce sujet. Initialement, le créateur de cette cagnotte avait indiqué que les fonds "étaient destinés à soutenir la famille de Christophe Dettinger pour le paiement des frais d'avocats de celui-ci", rappelle la plateforme, qui avait pris acte de cette décision en stipulant toutefois que la cagnotte servirait "uniquement à financer les frais de justice sur...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post