Christophe Castaner sur la NUPES : « Ce programme politique est celui d’une imposture, d’une banqueroute »

Julie Douxe / News Pictures

Le président de LREM à l’Assemblée Nationale a fait part, lundi 9 mai sur France Info, de ses analyses sur la cérémonie organisée par Poutine mais aussi du combat des législatives, détaillant les investitures de son parti.

Sur France Info, Christophe Castaner n’y est pas allé de main morte sur le dictateur Vladimir Poutine et sa cérémonie organisée en hommage aux soldats russes contre les nazis : « Il va faire une opération de propagande, il pourra changer la sémantique au lieu de dire que c’est une guerre, mais nous le savons. Il faut sur ce sujet, continuer à maintenir la pression. » Il a ajouté que le gouvernement était contre l’envoi de troupes en Ukraine : « Envoyer des troupes, c’est assumer d’être cobelligérants et c’est rentrer dans une Troisième Guerre Mondiale, ce que personne ne souhaite. Nous devons éviter d’engager le peuple français dans cette guerre. »

Sur les trois pays européens ayant refusé l’embargo contre la Russie sur le gaz et le pétrole – le vote doit se faire à l’unanimité - Christophe Castaner s’est montré philosophe : « La Hongrie ou la Slovaquie sont complètement dépendantes en pétrole de l’Ukraine et donc de la Russie. Nous devons nous fixer ces objectifs : d’ici six mois arrêter l’alimentation en pétrole brut depuis la Russie et marquer la solidarité envers ces deux pays. »

Il a également réagi aux propos du président ukrainien Volodymyr Zelensky, lequel a taxé Viktor Orban de « complice de crimes de guerre » de Poutine : « Je ne dis pas la même chose. J’entends la revendication, le combat que mène le président Zelensky et je ne lui ferai aucun reproche, mais nous devons faire en sorte de ne pas prendre des décisions qui auront des impacts trop néfastes sur la population française. »

« On voit bien qu’un certain nombre de partis politiques veulent sauver des parlementaires. »

Le président du groupe LREM a aussi avancé que « les mesures urgentes ont été mises en œuvre avec le bouclier, le chèque inflation.(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles