Christophe Castaner a montré une "prise de conscience politique", mais ses annonces sont un "saupoudrage", estime un expert des questions policières

franceinfo

"On a une ligne de défense plus réaliste en disant : les problèmes existent, nous voulons faire quelque chose" mais les annonces restent "trop partielles", a estimé lundi 8 juin sur franceinfo Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des questions policières et de sécurité. Il réagit au discours du ministre de l'Intérieur lundi, qui a clairement dénoncé le racisme chez des "brebis galeuses" au sein des forces de l'ordre, et a notamment annoncé des formations ainsi que l'abandon de certaines techniques d'interpellation.

Sébastian Roché souligne une rupture dans le discours du ministre. "Il y a l'idée de prise de conscience politique des problèmes de la police française et je pense que c'est un progrès." Mais dans le détail, ce spécialiste estime que les annonces sont "trop partielles" et qu'il n'y a pas eu de définition d'une véritable doctrine des forces de l'ordre.


Des annonces qui manquent "de cohérence"

"C'est un saupoudrage de mesures dont on ne voit pas la cohérence, poursuit Sébastien Roché. Et surtout, on ne va pas vers les grands standards des pays les plus avancés, qui est l'indépendance totale des mécanismes d'inspection, avec un rôle (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi