Christophe Castaner : "A 15 ans, j'ai détourné des affiches de Giscard"

·2 min de lecture

Souvenirs de campagne. Le chef de file des députés LREM évoque ses secrets en période de campagne.

Paris Match. Votre première campagne?
Christophe Castaner. Au côté de Jean-Louis Bianco, alors ministre des Transports, candidat aux cantonales de Forcalquier en 1992. J’étais descendu de Paris où je faisais un stage après mes études. Il y avait un petit local de campagne caché. J’en ai trouvé un plus grand mais tout pourri. Avec Hélène, ma future épouse, on est allé acheter du tissu et en 36 heures, on a refait les murs.

Votre slogan préféré?
«Notre histoire a de l’avenir», celui de ma première campagne municipale à Forcalquier en 2001.

L’affiche la plus amusante?
Celle que j’avais faite quand j’avais 15 ans pour détourner des affiches de VGE. J’avais été coller sur les panneaux officiels «C’était le dernier des monarques». Mais le pharmacien m’avait vu et l’avait rapporté à mon père, président de la société de chasse de Manosque, qui m’avait sermonné.

Le meeting le plus raté : "Marseille en 2015"

Le meeting le plus raté?
Le dernier des régionales à Marseille en 2015 qui pourtant était dans un lieu que j’adore. Les Marseillais s’étaient chamaillés entre eux, Samia Ghali boudait, Henri Jibrayel aussi…

Une nouvelle pratique née du Covid?
Les «zoomeries» et la dématérialisation des campagnes. C’est compliqué parce que vous ne sentez pas l’atmosphère, vous ne voyez pas les regards, les comportements qui vous permettent de vous adapter. On a besoin de retourner sur les marchés, de se retrouver mais on revient à la vie civile avec la timidité des premiers rendez-vous, on s’effleure.

Rencontre :Christophe et Hélène Castaner, un couple dans la macronie

Une punchline dans un débat?
Chirac lançant à Mitterrand «ce soir, je ne suis pas le Premier ministre et vous n’êtes pas le président de la République». Et ce dernier qui(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles