Pour Christophe Bourseiller, il y a des plats de gauche et des plats de droite

·1 min de lecture

"Dis-moi ce que tu manges, je te dirais pour qui tu votes", tel serait l'adage de Christophe Bourseiller si ce dernier ouvrait un jour un restaurant. Invité de Laurent Mariotte dans l'émission La Table des bons vivants, l'auteur d'En attendant Parvulesco et de Nouvelle Histoire de l’Ultra-Gauche a fait part de sa théorie selon laquelle chaque individu développe une certaine sensibilité culinaire en fonction de ses convictions politiques. Démonstration. 

>> Retrouvez La Table des bons vivants en podcast et en replay ici

"À gauche, c'est copieux"

La théorie de Christophe Bourseiller peut paraître hasardeuse, à première vue, mais l'homme défend ses idées : "Tout d'abord, je pense qu'à gauche, c'est copieux et à droite, c'est plus raffiné. Concrètement, je pense qu'à droite, les portions sont moins grandes dans l'assiette, mais c'est assez raffiné. Par contre, à gauche, on mange bien avec des bons plats roboratifs. Et pour cause, les militants d'extrême gauche que je connais sont des gens qui, quand même, ont un peu laissé de côté la gastronomie pour la quantité."

Loin d'en faire une généralité, Christophe Bourseiller tient quand même à mettre en avant ces tendances gastronomiques. Des tendances qui s'expliquent par le besoin de partager à gauche avec des plats généreux et à droite, un esprit d'exclusivité avec le souci du détail jusque dans l'assiette. 

Découvrez notre newsletter gastronomie

Recevez tous les dimanches à 10h notre newsletter "A table !" pour exceller der...


Lire la suite sur Europe1