Christophe Basse (CNAJMJ) : "Le projet d'ordonnance ne change rien à ce qui existe depuis la création de l'AGS"