• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Christophe Béchu dit avoir vécu "des moments de grâce" en mariant des couples de même sexe

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le maire d'Angers, Christophe Béchu, le 8 mars 2017 - Jean-Sebastien Evrard / AFP
Le maire d'Angers, Christophe Béchu, le 8 mars 2017 - Jean-Sebastien Evrard / AFP

"Je comprends ceux qui ont été blessés", a déclaré en préambule le ministre de la Transition écologique ce jeudi, interrogé dans la matinale de RTL sur les propos jugés homophobes tenus par sa collègue aux collectivités territoriales, Caroline Cayeux.

"Il y avait du mépris"

"C’était important qu’elle s’excuse pour que la polémique soit close. Parce qu'il y avait du mépris dans la manière dont elle l'a dit", a reconnu l'ancien maire d'Angers.

"Mais pour connaître un peu Caroline Cayeux, je peux vous assurer que cela ne lui correspond pas. Elle n'est pas dans une attitude de mépris", a-t-il défendu.

En 2013, celle qui était alors sénatrice UMP qualifiait le mariage entre personnes du même sexe de "dessein (...) contre la nature". Début juillet, en s'expliquant sur Public Sénat, la ministre déléguée a déclaré qu'elle maintenait ses propos tout en arguant qu'elle a "beaucoup d'amis parmi ces gens-là".

Depuis la polémique ne désenfle pas, malgré son rétropédalage et ses excuses. Le parquet de Paris a reçu mercredi une plainte contre X déposée par six associations pour "injure publique envers un groupe de personnes à raison de l'orientation sexuelle".

Plusieurs pétitions demandent sa démission du gouvernement. La première d'entre elle, à l'origine des accusations, publiée dans Têtu le 11 juillet et signée par de nombreuses élus et militants de gauche, vise également Christophe Béchu et Gérald Darmanin. Les trois membres du gouvernement sont qualifiés de "LGBTQIAphobes notoires" et de "porte-voix du mouvement de la haine et du rejet", au "passé Manif pour tous".

"J'ai éprouvé des moments de grâce et d'émotion"

Le ministre de la Transition écologique, silencieux jusqu'à maintenant sur le sujet, affirme que ses positions sur ces sujets "ont évolué". "Il y a des gens qui ont voté contre le mariage pour tous, j'en faisais partie, mais qui ont évolué", se justifie Christophe Béchu ce jeudi matin. "Bien sûr, j'ai évolué", insiste-t-il.

"Et je peux vous dire que j'ai éprouvé des moments de grâce et d'émotion dans les mariages entre personnes de même sexe que j'ai eu l'occasion à titre personnel de célébrer", confie-t-il au micro.

Pointant la "confusion des réseaux sociaux", Christophe Béchu est certain qu'il y a eu "une évolution considérable de la société en l'espace de quelques années" sur le sujet.

"Si aujourd'hui le texte avait à nouveau lieu, on ne serait plus sur le quasi 50-50 sur lequel nous étions en 2012 quand ça a été voté. Je pense qu'il y aurait eu 90% de la représentation nationale ou 95 qui voterait ce texte", estime-t-il.

Le membre de l'exécutif considère que les débats en 2012 et 2013 sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe ont généré tellement "de souffrances, de discriminations et de violences verbales" qu'on ne peut plus avoir "la moindre ambiguïté" sur le sujet aujourd'hui.

Au-délà de ses positions de l'époque - avoir voté contre le mariage entre personnes sexes et avoir cosigné une tribune sur la "dénaturation du mariage" dans Valeurs Actuelles -, l'ex-édile d'Angers est également dans le viseur pour avoir retiré des rues de sa ville en 2016 une campagne de prévention sur le VIH, y voyant une "forme de trouble sur l’espace public".

“Les affiches parlant d’un coup d’un soir, ça ne relève pas d’une logique de prévention au sens classique", s'était-il justifié à l'époque. Ce jeudi matin, il ne lui a pas été demandé s'il avait également évolué sur cette position-là.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles