Démission de Frédéric Mion: Delphy, sociologue féministe salue "une victoire"

Hortense de Montalivet
·Journaliste et vidéaste
·1 min de lecture
À la suite de la démission de Frédéric Mion, Le HuffPost s'est entretenu avec l'historienne et sociologue féministe, Christine Delphy, co-fondatrice du MLF. (Photo: Le HuffPost)
À la suite de la démission de Frédéric Mion, Le HuffPost s'est entretenu avec l'historienne et sociologue féministe, Christine Delphy, co-fondatrice du MLF. (Photo: Le HuffPost)

POLITIQUE - Dans une lettre adressée aux enseignants et aux étudiants, mardi 9 février, le directeur de Sciences Po, Frédéric Mion, a annoncé sa démission, après un rapport rappelant sa connaissance des faits concernant l’affaire Duhamel.

Même si l’ex-président de l’instance rappelle que ce document “confirme qu’aucun système de silence concerté ou de complaisance n’a existé au sein de l’établissement”, la pression, sur fond du mouvement #Sciencesporcs qui dénonce les violences sexuelles au sein des IEP, l’a poussé à quitter son prestigieux poste.

Doit-on y voir que de #MeToo au livre de Camille Kouchner, l’omerta autour des violences sexuelles se brise enfin et qu’une révolution est en marche au sein des institutions? Le HuffPost s’est entretenu avec la co-fondatrice du MLF et sociologue du féminisme, Christine Delphy. Avec le recul de sa cinquantaine d’années de militantisme, elle nous livre son ressenti face à tous ces hashtags émergents.

Depuis 2017, #MeToo a fait des petits: #MetooInceste, #MetooGay et maintenant #Scienceporcs. Mais comme toute avancée citoyenne et féministe face au cuirassé du patriarcat, le retour de bâton, ce fameux “backlash”, n’est jamais loin. Et “une accentuation des horreurs” que certains hommes commettent peut être ”à prévoir”, prévient-elle.

Le HuffPost: Comment analysez-vous la démission de Frédéric Mion, l’ex-directeur de Science po?

Christine Delphy: Même si cette démission n’a pas été demandée par les féministes ouvertement, c’est une bonne chose. C’est une victoire même. Il était au co...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.