Christiane Taubira candidate? Yannick Jadot "ne retournera pas dans une primaire"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Yannick Jadot
    Homme politique français

L'ancienne garde des Sceaux "envisage d'être candidate", mais "pas une candidate de plus". Le candidat écologiste, lui, n'entend pas participer à une nouvelle primaire pour rassembler la gauche.

"Nous, on avance". Quelques instants après que Christiane Taubira a annoncé envisager "d'être candidate" à l'élection présidentielle ce vendredi, Yannick Jadot a clairement affiché son refus de se ranger derrière l'ancienne Garde des Sceaux ou de participer à une nouvelle primaire d'union de la gauche.

"Moi je suis issu d'une primaire écologiste (...) nous sommes déjà un rassemblement. (...) Je ne retournerai pas dans une primaire". Le ton est donné. Lors d'une conférence de presse, le candidat EELV s'est opposé à l'appel flou de Christiane Taubira. Yannick Jadot avait déjà balayé de la main les récents appels à une primaire de gauche d'Anne Hidalgo et d'Arnaud Montebourg face à l’éparpillement des candidatures.

"Si le Parti socialiste veut organiser sa primaire, libre à lui. C'est leur sujet, ce n'est plus le mien et je ne pense pas que ce soit celui des Françaises et des Français", s'est exprimé celui qui s'était rangé derrière le candidat socialiste Benoît Hamon en 2017. 

"J'invite à venir travailler avec nous"

Le candidat écologiste n'écarte néanmoins pas l'idée d'un rassemblement des candidats de gauche. Toutefois, selon lui, "aujourd'hui c'est autour de l'écologie sociale et républicaine que cela doit se faire". En somme, Yannick Jadot en appelle à une union autour de son projet.

"J'invite tous les progressistes, tous les humanistes à venir travailler avec nous. Je les invite avec leurs histoires, avec leurs idées, avec leurs parcours, avec leurs forces de conviction et avec leur enthousiasme. (...) Je les invite à travailler à ce grand projet d'une alternance, avec une alternative qui soit écologiste, sociale et démocratique", a-t-il affirmé.

Yannick Jadot a également fustigé cette "partie de la gauche" qui se parle entre elle. Pour le candidat EELV, "à quatre mois d'une élection présidentielle, on parle aux Françaises et aux Français".

"Attention à ne pas détourner l'attention des Françaises et des Français de nos propositions pour résoudre des candidatures qui sont dans l'impasse et dans la difficulté, qui essaient de trouver une porte de sortie avec un pseudo débat démocratique qu'ils n'ont pas voulu avoir il y a plusieurs mois", a conclu Yannick Jadot.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Marine Le Pen : "Arnaud Montebourg, quand il fait ça, je me dis que c’est un garçon qui pourrait avoir sa place"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles