Christian Estrosi, maire de Nice : "Eric Zemmour, une injure au gaullisme"

·1 min de lecture

La tribune : "Eric Zemmour occupe le devant de la scène. C'est depuis plusieurs semaines lui qui définit les thèmes et imprime le tempo de la pré-campagne présidentielle. C'est le résultat du malaise décliniste qui gangrène notre société, de ses provocations dont se repaissent les médias et de réseaux sociaux souvent transformés en cloaques complotistes. C'est enfin la conséquence du vide sidéral du débat démocratique avec une gauche inexistante et une droite qui a perdu tous ses repères. Il est un symptôme, une version de l'extrême droite corrigée des variations saisonnières.

La gauche est trop occupée à gérer ses divisions pour y faire face. C'eut été en réalité à la droite, dont il entend siphonner les électeurs, de mener la riposte. Elle a hélas déserté ce combat. Il est inutile de compter désormais sur elle pour passer à l'offensive. Comment le pourrait-elle quand, en son sein, certains de ses dirigeants ont depuis longtemps pactisé avec l'extrême droite et affirment même qu'ils voteraient au second tour pour Eric Zemmour face à un candidat républicain et progressiste?

"

Lorsque j'entends Eric Zemmour s'en réclamer et affirmer qu'il reconstruit le RPR, je ne ris plus. C'est l'indignation qui me submerge

"

J'ai toujours appartenu à la famille gaulliste. J'ai cheminé aux côtés de Jacques Chirac, Philippe Séguin, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Ils étaient différents les uns des autres mais rassemblés dans leur combat contre l'extrême droite avec laquelle ils ont courageusem...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles