Trop chou ! Le prince Jacques, le fils de Charlene et Albert de Monaco fait le salut officiel

·1 min de lecture

Une cérémonie organisée dans des conditions particulières. Ce 19 novembre, la principauté de Monaco a célébré sa fête nationale. Au programme : messe, défilé militaire et remise d'insignes et de médailles. Durant cette journée particulière, Albert II de Monaco est apparu très ému, ayant les larmes aux yeux au moment de saluer sa garde dans la cour du Palais de Monaco. Les carabiniers avaient en effet compté jusqu’à 15 pour symboliser ses 15 ans de règne, provoquant alors chez le prince un élan d'émotion.

Surtout, la journée a été caractérisée par l'apparition des mascottes du Rocher, les jumeaux Gabriella et Jacques, les enfants du prince et de son épouse, Charlene de Monaco. Bientôt âgés de six ans, les deux bambins ont assisté aux festivités, en compagnie de leurs parents. Si la famille princière n'a pas fait d'apparition au balcon pour respecter les consignes sanitaires, les Monégasques ont tout de même pu profiter de la cérémonie à travers le direct retransmis par la chaîne de télévision locale Monaco Info.

Et comble de la mignonnerie, le prince Jacques de Monaco, premier dans l'ordre de succession au trône et habillé d'une tenue de cérémonie, a imité son père au moment de saluer la garde. Un salut officiel pour le petit garçon, qui se prépare peu à peu à prendre un jour la relève de son père. Pour y arriver, il se rend avec sa soeur à l'école publique Stella, dans le quartier de la Condamine à Monaco. Les jumeaux ont intégré l'établissement il y a un an, en septembre 2019. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Suzanne Lindon, "contente et émue" par un grand honneur
VIDÉO - « Faites attention avec ce complotisme » : Pascal Praud fait la leçon à un de ses chroniqueurs
« Ça va très, très mal » : la femme de Jean-Jacques Bourdin grinçante sur les audiences de RMC
Le prince Harry "paranoïaque" et "méfiant" : cette plainte qui pourrait lui rapporter gros
Amel Bent, sa soeur a souffert de sa notoriété : "Je ne voulais plus qu'elle vienne me chercher à l'école"