Du chou chinois transformé en béton : la prouesse de scientifiques japonais

Photo Behrouz Mehri/AFP

Des murs faits en épluchures d’orange ? Une équipe de scientifiques de l’université de Tokyo “a mis au point un matériau de construction s’apparentant à du béton à partir de déchets alimentaires”, raconte ce vendredi 3 juin le quotidien britannique The Times, pour qui cette découverte “est annonciatrice d’un avenir où les gens seront en mesure de bâtir des maisons à partir de peaux de banane recyclées et pourront les manger, si besoin est”.

Épluchures d’orange ou peaux de banane, donc, mais aussi marc de café, feuilles de thé, oignons, citrouilles ou algues ont été mis à l’essai par ces scientifiques. Et c’est “l’humble chou [qui] s’est avéré le plus impressionnant de tous”, note The Times : “Il a donné naissance à un matériau encore plus résistant que le béton conventionnel.”

Kota Machida, l’un des deux chercheurs à l’origine de cette découverte, explique avoir voulu sauver ces fruits et légumes du sort qui leur est généralement réservé : la poubelle.

“Nous pensons qu’ils méritent une autre vie.”

Séchés et réduits en poudre dans un premier temps, les déchets végétaux sont ensuite pressés à chaud dans un moule. “Les matériaux ainsi obtenus sont de qualité variable mais la plupart ont une résistance supérieure à celle du béton”, constate The Times. Seule la citrouille n’a pas été à la hauteur.

Selon Kota Machida, “une plaque faite à partir de chou chinois peut supporter un poids de 30 kilos”. Pour l’heure, seules des assiettes ont été produites. “Mais les chercheurs pensent que, enrobé dans de la laque afin de repousser les rongeurs affamés, ce matériau pourrait servir à la construction de bâtiments”, écrit The Times.

En 2014, au Japon, 6 millions de tonnes d’aliments abîmés lors de leur transport ont été jetées, ainsi que 21 millions de tonnes de déchets et restes. À l’échelle planétaire, le Programme alimentaire mondial estime à 1 000 milliards de dollars le montant de la nourriture perdue chaque année. “Le béton à base de nourriture est biodégradable et peut, par conséquent, être enterré quand il n’est plus utilisé, explique le journal. Et s’il est broyé et mélangé avec de l’eau, il redeviendra comestible.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles