"Quelque chose qui me hante" : Bilal Hassani victime de viol, il sort du silence à travers un témoignage poignant

BestImage, Cyril Moreau-Coadic Guirec
BestImage, Cyril Moreau-Coadic Guirec

Après sa première émission en tant que nouveau juré de "Danse avec les stars", Bilal Hassani s'est confié dans "Sept à Huit" sur le viol dont il a été victime il y a trois ans, de quoi émouvoir les téléspectateurs.

Finaliste de Danse avec les stars l'an passé, Bilal Hassani a fait ses débuts en tant que juré vendredi 9 septembre pour le lancement de cette douzième saison. Mais c'est pour une toute autre raison, beaucoup moins gaie, que l'interprète de Baby fait parler de lui ce dimanche 11 septembre. Il vient en effet de sortir du silence à propos d'un viol qu'il a subi il y a quelques année, dans l'émission Sept à Huit diffusée sur TF1.

"Avec audace et fierté, il impose sa singularité. Depuis son enfance, cela lui vaut d'être la cible d'attaques homophobes, racistes, et même de menaces de mort. Comment, grâce à sa mère, a-t-il gardé intact son rêve de gosse : devenir une popstar ? Bilal Hassani qui révèle un viol subi il y a trois ans. Il est "Le Portrait de la Semaine" à 19h30 sur TF1", a écrit la journaliste Audrey Crespo-Mara sur son compte Instagram, dévoilant ainsi un extrait de cet entretien exclusif, qui sera donc disponible en intégralité dès ce soir sur la chaîne.

"Je ne pouvais pas en parler en public"

"C'est quelque chose qui me hante depuis 2019" a déclaré celui qui se confiait sur son coming-out l'an passé, révélant alors que ce jour-là, il était parti en soirée avec une personne de son cercle, "quelqu'un à qui je faisais confiance". Il a poursuivi en expliquant avoir ressenti une sensation bizarre après...

Lire la suite

VIDÉO - La Minute de Bilal Hassani

À lire aussi

Vaimalama Chaves victime de chantage dans Fort Boyard ? La production sort du silence et s'explique
Mariés au premier regard : Une candidate, victime de deux fausses couches, sort du silence
Jacquie et Michel : La femme du roi du porno, accusé de complicité de viol, sort du silence