"Choquant", "Honte" : le coup de gueule de Vincent Cassel contre une mesure controversée

·1 min de lecture

Vincent Cassel a dénoncé sur les réseaux sociaux le vote à l'Assemblée nationale d'une mesure controversée qui pénalise la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues en France samedi pour dénoncer la loi «sécurité globale». Vincent Cassel a également exprimé son mécontentement face à l'adoption la veille d'une mesure controversée de cette proposition de loi pénalisant la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre. Cet article 24 est considéré par ses détracteurs comme une menace à «la liberté d'expression» et à «l'Etat de droit».

Le résultat de ce vote de l'Assemblée a été jugé «choquant» par l'acteur de 53 ans qui a souligné que le texte a été voté par «182 votants» présents dans l'hémicycle sur les 577 députés. «Par qui sommes-nous gouvernés ? Et représentés?», s'est-il questionné, évoquant également une «honte».

L'Assemblée nationale a voté vendredi soir, après l'avoir amendée, la mesure la plus controversée de la proposition de loi «sécurité globale» : l'article 24 pénalisant la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre, tout en l'assortissant de garanties sur le «droit d'informer». Cet article, mais aussi la possible utilisation de drones lors des manifestations et la crainte de la reconnaissance faciale par les caméras de surveillance, ont suscité une intense émotion dans les médias, qui y voient un risque d'entrave à la liberté d'informer. Plusieurs syndicats de journalistes avaient appelé à manifester samedi.


Lire la suite sur Paris Match