"On est choqué" : sidération à Béthune, où Bridgestone ferme son usine (863 emplois)

·1 min de lecture

Les 863 salariés de l’usine de pneus Bridgestone, à Béthune, s’attendaient à tout sauf à cela. Le manufacturier japonais vient d’annoncer qu’il fermait définitivement le site. Surcapacité de production en Europe et concurrence asiatique qui casse les prix sont les principales raisons avancées.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Sur place, c’est un véritable choc pour les ouvriers, scandalisés par l’annonce faite par un simple message vidéo du directeur du site mercredi matin. Le site de Béthune était implanté depuis près de 60 ans. Pour Denis Drouet, responsable CGT, c’est une véritable catastrophe sociale. "On n’est pas bien, c’est notre job, notre usine. Ça nous a fait vivre pendant des années. On est choqué par cette annonce de fermeture. Maintenant il va falloir gérer les 900 hommes qu’il y a ici et toutes leurs familles. En sachant qu’avec le Covid, les entreprises sont en train de mourir à petit feu en France. Donc pour retrouver un travail, ça va être très difficile", alerte-t-il.

En deux ans, la production avait été divisée par deux

Depuis plusieurs mois, les syndicats alertaient sur l’inadaptation de leurs pneumatiques sur le marché, tout comme le manque d’investissements. La production avait été divisée par deux en deux ans. "Niveau qualité et production, c’était devenu une catastrophe et on ne voyait plus le directeur de production. On était livré à nous-même. On s’en doutait un petit peu, pour nous c’était f...


Lire la suite sur Europe1