Chômage : quels sont les emplois vacants ?

Photo d'illustration (REUTERS/Eric Gaillard)
Photo d'illustration (REUTERS/Eric Gaillard)

Dans une étude parue en décembre, la Dares détaille les 365 200 emplois vacants recensés en 2022.

Le plein-emploi, c'est l'objectif du deuxième quinquennat d'Emmanuel Macron. Pour y parvenir, le chef de l'État a réduit la durée d'indemnisation des chômeurs lorsque le taux de chômage est faible. Objectif, inciter les demandeurs d'emploi à occuper un emploi vacant avec la diminution de temps d'indemnisation.

À LIRE AUSSI >> "Un coup de pression méprisant et infantilisant", la réforme de l’assurance chômage suscite la colère des associations de chômeurs

Des emplois vacants, au nombre de 365 200 en moyenne en 2022, qui sont en forte hausse, + 76 % entre le premier trimestre 2021 et le troisième trimestre 2022, le nombre d’emplois vacants passant de 211 500 à 372 100. Une note de la Dares, publiée en décembre 2022 détaille le profil des emplois vacants en début d'année.

+91% d'emplois inoccupés entre début 2021 et fin 2022

Parmi ces postes à occuper, 26% sont des emplois nouvellement créés, 21% sont des emplois sur le point de se libérer, et la moitié correspond à des postes inoccupés, c'est-à-dire que le précédent salarié n'a pas été remplacé.

C'est cette catégorie, les emplois inoccupés, dont la part augmente le plus, passant de 38% au premier trimestre 2016, à 50% aujourd'hui. Une hausse due essentiellement au secteur du commerce de gros et de détail, aux transports et à l’hébergement-restauration, qui concentre 36 % de la hausse.

Le commerce, les transports et la restauration les plus touchés par les postes vacants

Plus globalement, avec près de 100 000 postes vacants en moyenne, le commerce de gros et de détail, les transports, l'hébergement et la restauration représente les secteurs les plus touchés, devant celui de l'enseignement, la santé humaine et action sociale avec 68 400 postes vacants. Dans ces deux secteurs, les postes inoccupés représentent plus de la majorité des postes vacants, signe de la difficulté d'y attirer des travailleurs.

Viennent ensuite l'industrie manufacturière, industries extractives et autres, avec 57 500 postes vacants. Enseignement, santé humaine et action sociale, avec 57 500 postes vacants, et les activités spécialisées scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, avec 56 100 postes vacants.

Dans ces secteurs, les postes inoccupés sont également majoritaires, mais en moindre proportion comparé au commerce et à l'enseignement et la santé. À l'inverse, dans les secteurs les plus dynamiques comme l'information et la communication, qui compte 29 900 postes vacants, les emplois nouvellement crées et vacants sont majoritaires, et représentent 45% des postes vacants.

VIDÉO - Salarié, fonctionnaire, demandeur d’emploi… Tout ce qui change pour vous en 2023