Choix du Premier ministre, coalition... Quel agenda pour Emmanuel Macron après les résultats des législatives?

La question du choix du futur Premier ministre est dans toutes les têtes. Mais au lendemain d'une élection inédite, le président de la République pourrait prendre son temps avant de prendre la parole.

Emmanuel Macron a passé une bonne partie de la nuit avec ses équipes et des figures du gouvernement, dont Gérald Darmanin, à analyser les résultats des élections législatives qui ont placé le Nouveau Front populaire en tête à l'Assemblée nationale. Le scrutin achevé, se pose désormais une question: qui pour gouverner alors que le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé qu'il remettrait sa démission ce lundi?

Sans majorité pour aucun des trois blocs, la formation d'un futur gouvernement va probablement devoir passer par des coalitions et des alliances. Constitutionnellement, Emmanuel Macron n'est tenu à rien pour le choix de son Premier ministre, ni pour le délai dans lequel le désigner. Sa prise de parole pourrait d'ailleurs être reportée en raison de son agenda déjà rempli.

Ce lundi matin, sur le site de l'Élysée, il est indiqué que "l'agenda du président est en cours de mise à jour". Une prise de parole d'Emmanuel Macron semble pour le moment exclue au lendemain des résultats, et il n'y aura pas non plus de Conseil des ministres, a appris BFMTV auprès de l'entourage du président.

"Nous laissons l'Assemblée se constituer", explique la même source.

Il est pour le moment acquis que le chef de l'État s'envole mercredi matin pour Washington. Il participe au sommet de l'OTAN qui célébrera les 75 ans de l'Alliance. L'événement se tient jusqu'au jeudi.

Avant cela est également envisagé un déplacement d'Emmanuel Macron à Munich, en Allemagne. En effet, il se murmure que le chef de l'État pourrait assister à la demi-finale de l'Euro 2024 qui verra s'affronter l'Espagne et la France à l'Allianz Arena mardi à 21 heures. Une possibilité qui n'est pas encore confirmée.

Le week-end sera marqué par le 14-Juillet et les traditionnelles festivités. Si cette année, le défilé militaire est délocalisé avenue Foch, toujours dans le 8e arrondissement de Paris, en raison de l'installation des structures pour les Jeux olympiques de Paris, le président de la République présidera cette cérémonie. Reste à savoir si le chef de l'État se prêtera à l'exercice de l'interview télévisée.

Dans tous les cas, Emmanuel Macron semble vouloir prendre son temps. Dimanche soir, à l'annonce des résultats du second tour, il a indiqué vouloir "attendre la structuration de la nouvelle Assemblée nationale" pour prendre des décisions. Pour les observateurs, cela pourrait signifier la date du 18 juillet et l'élection du nouveau président de l'Assemblée nationale et ainsi laisser les partis trouver une solution par un nouveau vote.

"On sort d’une lessiveuse d’une campagne express de trois semaines (…) une contraction du temps très courte", juge Dorian Breuil, politologue, expert associé à la Fondation Jean-Jaurès. Là, il faut un peu laisser les résultats et la démocratie respirer pour trouver la voie de passage qui permettra aux institutions de fonctionner."

Reste qu'Emmanuel Macron, qui se définissait comme le "maître des horloges", va aussi devoir composer avec l'agenda et les tractations au sein des partis. que les partis. Les responsables du Nouveau Front populaire ont annoncé vouloir présenter "une candidature" au poste de Premier ministre "dans la semaine".

Article original publié sur BFMTV.com