Les choix culture du « Point » : voir des fantômes ou faire sa crise

·1 min de lecture
Le Centquatre à Paris propose un spectacle holographique... magique, jusqu'au 8 août.
Le Centquatre à Paris propose un spectacle holographique... magique, jusqu'au 8 août.

Voir des fantômes au Centquatre

Depuis cinq ans, les hologrammes se multiplient sur scène. Après les concerts de Mickael Jackson et les meetings politiques de Jean-Luc Mélenchon, la technologie qui permet de projeter devant un public une image en trois dimensions s?est encore améliorée. Hier spectrales, les silhouettes reconstituées virtuellement sont désormais de meilleure qualité. La preuve en est donnée au cabaret holographique qui a planté son chapiteau dans la cour intérieure du Centquatre à Paris. Quand on sait que cet ancien bâtiment, reconverti en lieu culturel, fut longtemps un lieu de fabrication et de stockage de cercueils, l?apparition en ce lieu de fantômes prend un tout autre relief. Sur scène, Valentine Losseau et Raphaël Navarro font sortir d?une ampoule (on pense évidemment à la lampe d?Aladin) comme autant de génies? deux prestidigitateurs farceurs (Yann Frisch et Éric Antoine), mais aussi l?avatar numérique de la chanteuse Yael Naim qui, au fil des interventions, se démultiplie. Suivent les clones lumineux de Lou Doillon, de la musicienne Laurence Equilbey, du baryton Anas Séguin et de la soprano Chiara Skerath, puis la danseuse Kaori Ito dont la chorégraphie se décompose devant nous au gré d?effets visuels et plastiques remarquables. Le spectacle s?achève avec un tour de chant du groupe Birds on a Wire. Dom La Nena et Rosemary Standley apparaissent alors comme deux oiseaux posés sur les lignes de partitions musicales et disparaissent en [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles