Le choc et l'amertume des vétérans américains d'Afghanistan

·4 min de lecture

Dix ans après son retour d'Afghanistan, Marc Silvestri, 43 ans, ne souhaitait qu'une chose: que ses camarades puissent eux aussi rentrer chez eux. Mais c'est sous le choc que le vétéran américain a observé ce retrait s'achever dans le chaos.

"Les derniers jours n'ont pas été faciles", a-t-il confié à l'AFP, désormais à la tête des services d'aide aux anciens combattants de Revere, dans l'Etat du Massachusetts.

"J'étais pour le retrait, je trouvais qu'il était temps. Après vingt années et des milliards de dollars, je n'aurais jamais imaginé que les talibans soient si rapides et culottés."

"Je n'aurais jamais imaginé qu'avec tout l'entraînement et l'argent que nous avons investis dans l'armée afghane, ils baissent simplement leurs armes et donnent les clés du pays. J'ai été choqué par ça", explique-t-il.

Pour les vétérans américains ayant combattu lors de cette guerre, la progression ultrarapide des talibans a provoqué sidération, colère, résignation et inquiétude, à la fois pour leurs alliés afghans abandonnés sur place et leurs compatriotes rentrés aux Etats-Unis et abasourdis par la fin catastrophique des opérations américaines dans le pays.

Le gouvernement et l'armée afghane se sont effondrés en quelques semaines, Kaboul tombant dimanche sans combattre aux mains des talibans.

La reddition a conduit des milliers d'Afghans à prendre d'assaut l'aéroport de la capitale, dans une tentative désespérée de quitter le pays alors que les gouvernements étrangers tentaient de faire évacuer leurs personnels.

Chad Fross, un autre vétéran, était certain que le retrait américain "se terminerait n'importe comment", la faute à une compréhension irrémédiablement faussée de l'Afghanistan.

"Beaucoup de gens vont demander: +Pourquoi? C'était inutile que j'y aille. Pour voir des amis mourir, être mutilés ou devenir fous+", a-t-il dit, soulignant que le résultat "aurait été identique", même après 20 années supplémentaires.

- "Les laisser se débrouiller" -

Les vétérans sont notamment inquiets du sort que les talibans réservent aux femmes afghanes.

Sous leur poigne brutale, entre 1996 et 2001, les extrémistes islamistes avaient réduit à rien les droits des femmes, leur interdisant même de s'éduquer.

L'invasion américaine avait amélioré la situation des filles et femmes afghanes, surtout dans les zones urbaines, mais tous ces progrès pourraient être perdus avec le retour des talibans.

"Ces idéaux que nous pensions aller défendre là-bas, c'est ça qui, je pense, désole beaucoup de gens", a dit Chad Fross. "Ça me désole aussi."

Lundi, le président démocrate Joe Biden a défendu le retrait américain. "Je suis profondément attristé par la situation mais je ne regrette pas", a-t-il lancé.

Il a assuré que des "milliers" de citoyens américains et d'Afghans ayant aidé les forces américaines seraient évacués.

Cette promesse est peut-être celle à laquelle les vétérans accordent le plus d'importance. L'idée de laisser leurs frères d'armes afghans seuls face à la peur "très réelle" de représailles des talibans leur est insupportable.

"Ils nous ont aidés et on les laisse se débrouiller. Je pense simplement que ce n'est bien", a dit Chad Fross, résumant l'état d'esprit d'autres vétérans interrogés par l'AFP.

L'association des Anciens combattants américains d'Irak et d'Afghanistan a exhorté les autorités américaines dans un communiqué lundi à se hâter d'évacuer vers les Etats-Unis les auxiliaires afghans de l'armée américaine.

"Nous devons tenir nos promesses auprès de ceux qui ont tant sacrifié pour nous", a estimé Tom Porter, un représentant de cette association, dans ce communiqué.

- Tout ça pour rien? -

"J'entends tellement de colère", a-t-il par ailleurs à l'AFP, précisant que la déception ne portait pas sur le retrait lui-même mais sur "la façon désordonnée et chaotique dont nous les évacuons".

Les parallèles se multipliaient sur les réseaux sociaux entre les images tristement célèbres du départ des troupes américaines de Saïgon, au Vietnam, et celles du retrait d'Afghanistan.

Un vétéran de la guerre au Vietnam avec lequel Marc Silvestri était en contact n'en revenait pas d'assister à ces scènes similaires: "Je pensais ne jamais revoir ça... Ça réveille tout ce que j'ai ressenti lorsque j'ai vu Saïgon tomber", lui aurait dit cet ancien soldat.

Selon ce natif du Massachusetts, de nombreux vétérans auxquels il a parlé et leur familles se demandent désormais si leurs sacrifices en valaient la peine.

Face au besoin de ces familles d'être "écoutées", il veut qu'elles sachent que "leurs enfants ne sont pas morts en vain".

"Au bout du compte, ils se battaient au moins pour nous. Si on a pu rentrer, c'est grâce à ceux qui n'ont pas pu le faire."

sw/vgr/seb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles