Chloroquine: Raoult contre-attaque sur le fond à l'étude du Lancet (et il n'est pas le seul)

Grégory Rozières
Didier Raoult a relayé une lettre ouverture d'une centaine de chercheurs demandant un examen approfondi de l'étude critique de l'hydroxychloroquine publiée dans The Lancet.

SCIENCE - Pas un jour ne passe sans qu’un nouveau rebondissement relance le débat sur l’utilité ou la nocivité de l’hydroxychloroquine pour lutter contre le coronavirus Sars-Cov2. Depuis la publication d’une étude très critique envers le traitement anti-malaria vendredi 22 mai dans The Lancet, l’OMS a mis en pause un essai clinique visant à vérifier l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19. La France a, de son côté, interdit sa prescription. Mais cette étude elle-même est maintenant remise en cause.

Ces derniers jours, le microbiologiste français iconoclaste Didier Raoult, grand défenseur de la chloroquine, a vivement critiqué l’article publié dans The Lancet, avec des arguments de fond. Son bras droit, Philippe Parola, estime que “tout ce qui est dedans est soit faux, soit imprécis, soit maladroit, soit frauduleux”.

 

Mais, une fois n’est pas coutume, le “clan Raoult” est loin d’être seul contre tous. Le directeur de l’IHU Méditerranée Infection rappelle ce vendredi 29 mai qu’une lettre ouverte écrite par une centaine de chercheurs a été envoyée au Lancet et aux auteurs de l’étude. Elle évoque des “préoccupations à propos de l’analyse statistique et de l’intégrité des données”.

Pourquoi l’étude est critiquée?

L’étude publiée dans le Lancet se fonde sur les données de quelque 96.000 patients hospitalisés entre décembre et avril dans 671 hôpitaux, et compare l’état de ceux qui avaient reçu le traitement avec ceux qui ne l’avaient pas reçu. Les résultats étaient clairement négatifs pour l’hydroxychloroquine: absence de bénéfices et même un risque accru d’arythmie cardiaque et de décès en cas d’administration de ce médicament pour traiter le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post