Chloroquine - Didier Raoult traité de “fou furieux” : il embarrasse Emmanuel Macron

C'est une voix dissonante au sein de la communauté scientifique. Le professeur Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses à Marseille, le proclame partout : il aurait trouvé le "médicament miracle" pour soigner le nouveau coronavirus, la chloroquine. Le médecin a testé cet antipaludéen sur 24 patients et, selon lui, les trois quarts ont été guéris au bout de six jours. Des résultats remis en cause par une partie de de ses confrères, comme l'infectiologue Karine Lacombe, qui a dénoncé ce traitement expérimental. "Utiliser un médicament, comme ça, hors autorisation de mise sur le marché, en exposant les personnes qui le prennent à des complications, (...) je pense que c'est en dehors de toute démarche éthique", s'est indignée la cheffe de service à l'hôpital Saint-Antoine (Paris).

Car au-delà de son traitement expérimental, le professeur Didier Raoult est allé plus loin, en ouvrant les portes de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, à Marseille, pour proposer à tout le monde des tests, pour l'instant réservés aux soignants et aux personnes fragiles, mais aussi pour donner de la chloroquine. Une initiative qui a laissé pantois et embarrassés les membres de l'exécutif. "C'est comme Christian Estrosi qui parle du sentiment d'être guéri ! C'est dingue. Raoult, aux yeux des gens, c'est le Jésus Christ du XXIe siècle. Si vous le cornerisez, c'est que vous essayez de le faire taire", constate, dépité, un conseiller du gouvernement auprès du Parisien.

"Scientifique

Retrouvez cet article sur GALA

Anne Goscinny très affectée par le décès d’Albert Uderzo : "Je revis la mort de mon père"
Chloroquine : Didier Raoult, une "grande gueule" avec un look de rockeur
Michèle Laroque, sauvée d'un accident de voiture, rend hommage aux soignants : "Je les aime infiniment"
EXCLU - Brigitte Macron confinée : comment elle garde le lien avec ses enfants et petits-enfants
Karine Le Marchand, confinée, veut aider des célibataires à trouver l'amour : "Pas sérieux s'abstenir"