Chlordécone : une commission d'enquête créée en Martinique

C'est un problème de santé publique majeur aux Antilles. Le pesticide chlordécone, utilisé pendant des années dans les bananeraies alors qu'il était interdit ailleurs, a infesté les sols. Une situation qui aboutit à la création d'une commission d'enquête parlementaire, qui, depuis lundi 16 septembre, cherche à lever le voile sur les responsabilités dans ce dossier. Deux travailleuses agricoles témoignent ainsi, après plusieurs années de travail avec le produit incriminé.

L'État ne reconnaît pas de lien "Ils ont fait la biopsie, et après quelques mois on m'appelle pour me dire que j'ai le cancer du sein, et qu'il faudrait m'opérer le plus vite possible", raconte Marie-Lise, certaine que sa maladie et l'utilisation des pesticides sont liées. À ce jour, l'État ne reconnaît pas de lien, mais a mis 20 ans à rendre le pesticide interdit alors qu'il a été déclaré cancérigène en 1972.