Chlordécone aux Antilles : des parties civiles annoncent faire appel du non-lieu

© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Plusieurs parties civiles dans l'information judiciaire sur la pollution massive des Antilles au chlordécone ont annoncé faire appel du non-lieu des juges d'instruction prononcé lundi, selon des éléments recueillis vendredi par l'AFP. Avocat historique des victimes du chlordécone et maire écologiste de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Me Harry Durimel a indiqué à franceinfo son intention de faire appel. "Si la Cour d'appel ne nous donne pas raison, nous ferons un pourvoi en cassation. Nous sommes déterminés à aller jusqu'à la Cour de cassation et à la Cour européenne de justice pour que justice nous soit rendue", a-t-il également assuré.

 

>> LIRE AUSSI - Chlordécone : la colère gronde en Martinique face au risque de «déni de justice»

L'ensemble des avocats a l'intention de continuer les procédures

"Un État de droit ne peut pas dire qu'il y a un non-lieu face à une injustice d'une telle gravité", a aussi indiqué l'avocat, "sidéré" car "c'est par la presse" que les associations guadeloupéennes et martiniquaises ont, d'après lui, appris le non-lieu. Serge Letchimy, président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Martinique, partie civile, a annoncé dans un communiqué organiser une réunion vendredi à 11 heures avec les différentes instances politiques de l'île.

"L'ensemble des avocats a l'intention de continuer les procédures, c'est à dire de contester cette décision. Ils vont faire appel, si l'appel ne va pas dans notre sens, de contester devant la Cour de c...


Lire la suite sur Europe1