Chloé Delaume couronnée par le prix Médicis

Par Sophie Pujas
·1 min de lecture
Chloé Delaume.
Chloé Delaume.

« Le silence est la pire des choses pour la vie culturelle menacée, en particulier pour la littérature » ont déclaré ensemble les jurys du prix Femina, proclamé le 2 novembre, et du Médicis, qui vient de consacrer Chloé Delaume. « Le c?ur d'Adélaïde cogne douloureusement, comme s'il avait été frotté avec du papier de verre. » Ainsi commence Le C?ur synthétique, et les affres de son héroïne Adélaïde, une attachée de presse parisienne de quarante-six ans, qui vient de quitter son compagnon. Las, elle va rapidement se rendre compte qu'à son âge, sa valeur sur le marché de la séduction est dramatiquement en berne. De rendez-vous catastrophiques en initiatives hasardeuses, d'applications de rencontres en amants lamentables, elle va s'obstiner à chercher le grand amour ? et récolter désillusion sur désillusion. Heureusement, autour d'elle gravitent ses amies, qui elles aussi arpentent des recoins pas toujours reluisants d'une carte du tendre ultra-contemporaine?

Ce roman d'apprentissage mordant est sans doute le plus classique des livres de Chloé Delaume, d'habitude amatrice d'expérimentations formelles. Mais pas le moins inventif. Elle en a même fait un disque, autour du personnage d'Adélaïde, Les Fabuleuses Mésaventures d'une héroïne contemporaine ! En revisitant à sa façon la « chick-litt », Delaume prolonge l'appel à la sororité qu'elle lançait dans Mes très chères s?urs, manifeste féministe paru l'an dernier. Car si ici, la gent masculine est plutôt lamenta [...] Lire la suite