Un chirurgien radié pour avoir gravé ses initiales sur des organes de patients

·2 min de lecture
Un chirurgien radié pour avoir gravé ses initiales sur des organes de patients - Getty Images (Getty Images)

Un chirurgien britannique a été radié des registres médicaux du Royaume-Uni pour avoir gravé ses initiales sur les organes de certains de ses patients en 2013. Son éviction définitive du corps médical a pris plus de huit ans malgré des faits intolérables.

Violences médicales d’un genre à peine croyable. Simon Bramhall, un chirurgien britannique spécialiste des transplantations, a été définitivement radié des registres médicaux du Royaume-Uni après avoir gravé ses initiales sur les foies de deux patients durant des opérations, rapporte le site Ulyces relayant The Guardian. L’ancien médecin s’est justifié en disant que cela lui permettait d’évacuer la pression au cours d’opérations difficiles.

Cette sombre histoire commence assez logiquement dans une salle d’opération. Simon Bramhall s’y livre à une opération de transplantation d’un foie dans le corps d’un patient. Parmi les nombreux instruments qu’il utilise, il y a un faisceau d’argon. Ce dispositif permet aux médecins de cicatriser ou de dévitaliser certaines minuscules zones des organes en projetant ce gaz rare sous la forme de plasma. Mais ce jour-là, le chirurgien décide de s’amuser un peu gravant ses initiales "SB" sur le foie de la personne qu’il opère.

Une très longue procédure

Plus tard dans l’année, un autre chirurgien prend ce patient en charge parce que le foie en question ne guérit pas. Mais en observant l’organe, il remarque la “signature” grande de quatre centimètres et prévient les autorités médicales. C’est le début d’une longue procédure médico-judiciaire qui va se terminer huit ans plus tard par l’éviction définitive du chirurgien. En 2014, celui-ci a d’abord été suspendu, avant de démissionner pour éviter d’être licencié. Trois ans plus tard, en 2017, il est condamné pour agression à une importante amende sans peine de prison. En 2020, il est finalement privé du droit d'exercer la moindre activité médicale avant d’être réintégré, puis suspendu pour de bon en 2021.

Mais Simon Bramhall n’en est pas à une bizarrerie près. Depuis qu’il a été arrêté, il a écrit une série de livres policiers sur fond de chirurgie sobrement nommés “Histoires de Scalpel”. Dans l’un de ces ouvrages, un chirurgien grave ses initiales sur l’organe d’un patient avant de subir une humiliation publique. Plus étonnant encore, le coauteur de ces romans est l’un des patients transplantés de l’ex-médecin.

VIDÉO - Un médecin vietnamien retire une vis en métal du poumon d’un enfant de 3 ans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles