Chirurgien accusé de viols : "On n’a pas su protéger la société en lui interdisant d’entrer en contact avec des enfants mineurs"

franceinfo

"On peut toujours s’interroger sur le manque de suivi. On n’a pas su mieux protéger la société, en lui interdisant d’entrer en contact avec des enfants mineurs", a estimé jeudi 22 août sur franceinfo Me Francesca Satta, avocate d'une des victimes du chirurgien de Jonzac soupçonné d'agressions sexuelles et de viols sur des mineurs. Placé en détention provisoire depuis deux ans, ce chirurgien en retraite, âgé de 68 ans, avait déjà été condamné pour détention d'images pornographiques en 2005.

>> Ce que l'on sait de l'affaire de pédophilie impliquant un ancien chirurgien de Charente-Maritime

franceinfo : Depuis la révélation de ses carnets, avec à l’intérieur 200 prénoms et noms, de potentielles victimes sont-elles venues jusqu’à vous ?

Francesca Satta : De nouveaux témoignages sont arrivés, visiblement des dépôts de plainte sont arrivés très récemment, datant du mois de juin 2019. L’enquête est en cours, elle avance. D’autres victimes sont concernées et elles étaient consignées dans ce carnet. Entendre aujourd’hui que tout démarre d’une petite fillette de 6 ans qui a le courage extrême de déclarer l’horreur qu’elle a vécue par son voisin direct, ça a un impact.

On est confronté à des personnes qui expriment une certaine culpabilité, se disant "j’aurais dû avoir le courage de cette (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi