La Chine veut renforcer ses liens avec Riyad et le Moyen-Orient, sous le regard des États-Unis

VIA REUTERS - SAUDI PRESS AGENCY

Deuxième jour de visite pour Xi Jinping en Arabie saoudite ce jeudi 8 décembre. Le président chinois rencontre les dirigeants de quatorze pays arabes et du Golfe, avec la signature de nombreux contrats à la clé. L’occasion pour la Chine de renforcer ses liens économiques avec Riyad et le Moyen-Orient, sous le regard attentif des États-Unis.

Cela faisait maintenant six ans que Xi Jinping n’avait pas foulé le sol saoudien. Le président chinois arrive en maître puisqu'il est le premier client du pétrole du Royaume. Et Pékin vient justement renforcer ses liens avec les principaux fournisseurs de brut, sur fond d'instabilité avec la guerre en Ukraine.

Les deux pays comptent bien faire des affaires avec le projet de nouvelles « routes de la soie » pour les Chinois, et le plan de développement Vision 2030 pour les Saoudiens. Plus d’une vingtaine de contrats pourraient ainsi être signés entre Riyad et Pékin selon les observateurs, et ce, pour une valeur de près de trente milliards d’euros.

Une occasion pour l'Arabie saoudite de s'imposer sur la scène internationale

Mohammed ben Salman pourrait aussi tenter d’obtenir un statut d’observateur au sein de de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). L’occasion de s’imposer davantage sur la scène internationale pour le Royaume qui se voit comme une future plaque tournante entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique. Sur le plan sécuritaire toutefois, le renforcement des liens sino-saoudien devrait toutefois rester limité. Riyad pouvant difficilement se permettre de froisser Washington, son premier allié, pour le moins en froid avec Pékin.


Lire la suite sur RFI