La Chine veut bannir les hommes au style « efféminé » des médias

·1 min de lecture
Les téléspectateurs n'auront également plus la possibilité de voter pour désigner les gagnants de certaines émissions.
Les téléspectateurs n'auront également plus la possibilité de voter pour désigner les gagnants de certaines émissions.

Un nouvel exemple de l'opération spectaculaire de Pékin sur le secteur chinois du divertissement. Après avoir « effacé » d'internet plusieurs stars chinoises récemment frappées par des scandales ou accusées de corrompre la jeunesse en faisant l'apologie du consumérisme, l'autorité de surveillance des médias chinois s'attaque au style de certains hommes, décrits comme « efféminés », dans les programmes télévisés.

Comme l'explique la BBC, il s'agira désormais de faire peser le comportement moral et politique des acteurs dans le processus de recrutement. À proprement parler, cette attaque cible précisément les hommes dont l'image ne serait pas assez masculine et ceux utilisant beaucoup de maquillage. En parallèle, certaines émissions de révélations de talents ou de téléréalité ont été subitement annulées, tandis que des programmes faisant la promotion d'une culture traditionnelle, révolutionnaire ou communiste seront encouragés. Les programmes appelant les téléspectateurs à voter sont désormais prohibés.

À LIRE AUSSIEn Chine, un combat séculaire entre millénaristes et État central

Des boucles d'oreilles floutées

Ce n'est pas la première fois que le parti au pouvoir s'attaque au look des hommes que l'on peut voir sur les écrans. En 2019, les oreilles de certains chanteurs de pop avaient été floutées pour masquer leurs boucles d'oreilles, tout comme leurs tatouages ou d'éventuelles queues de cheval. À l'époque, l'organisme de surveillance des médias pointait du doi [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles