En Chine, des vélos plus abordables pour les cyclistes handicapés

Des membres du collectif Krankin' Thru China circulent en vélos à main sur une route de Hohhot, en Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine, le 4 mai 2024 (HECTOR RETAMAL)
Des membres du collectif Krankin' Thru China circulent en vélos à main sur une route de Hohhot, en Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine, le 4 mai 2024 (HECTOR RETAMAL)

Sur les routes poussiéreuses de Mongolie intérieure, dans la campagne chinoise, ils dépassent les troupeaux de moutons et intriguent les villageois: ces cyclistes handicapés testent un nouveau modèle de vélo adapté et plus abordable.

Allongés dans leur "handbike" ou vélo à main, ils font partie du collectif Krankin' Thru China, qui aide depuis dix ans les Chinois en fauteuil roulant à faire du sport au grand air.

Des groupes d'habitants les encouragent à leur passage, tandis que ces cyclistes évitent camions et trous dans la chaussée pour rejoindre la capitale régionale Hohhot, dans le nord du pays.

La Chine a adopté l'an dernier une loi sur l'accessibilité pour les personnes handicapées, mais ces dernières rencontrent encore bien des obstacles au quotidien.

"Dès le début, on voulait utiliser des vélos à main, pour encourager nos amis handicapés à sortir", raconte Wang Feng, 41 ans, qui a découvert ces vélos adaptés, aussi appelés vélocouchés, quelques années après avoir perdu l'usage de ses jambes à la suite d'une maladie.

Pour promouvoir son message, Krankin' Thru China a déjà réalisé plusieurs voyages dans des coins reculés de la Chine, notamment en 2017 quand le collectif a passé trois mois pour aller de la province montagneuse du Yunnan (sud-ouest), jusqu'à Pékin.

Désormais, il collabore avec une université de Shanghai sur un prototype de vélo à main plus abordable et facile à réparer. C'est ce modèle qui est testé dans ce nouveau périple à travers la Mongolie intérieure.

- "Impressionnant" -

Point de départ du voyage, entamé début mai: Chahar, une zone très peu peuplée de la province, surtout connue pour ses mines et son volcan.

Wang Feng, qui est accompagné de deux autres cyclistes, Pan Yifei et l'Américain Joshua Dominick, en profite pour faire de la pédagogie auprès des gens rencontrés sur le chemin.

"Quand je leur dis que c'est un vélo à manivelle destiné aux personnes handicapées, ils sont très surpris (...) ils trouvent cela vraiment impressionnant", confie-t-il.

A Hohhot, le groupe a fait tester les vélos par une association de personnes handicapées sur un circuit, sous le regard amusé d'enfants et de retraités venus les admirer.

"J'avais déjà vu ça dans des vidéos mais je n'avais jamais essayé moi-même", s'enthousiasme Di Wenke, 36 ans, qui pratique la danse en fauteuil roulant.

Sur le vélo, "j'ai eu l'impression d'être aussi rapide qu'une machine (...) et que ça faisait envie aux gens qui me regardaient".

Pour lui, les sports comme la danse en fauteuil roulant ou le vélo à main permettent de lutter contre les stigmates associés au handicap.

"Avoir son propre passe-temps, c'est très enrichissant."

Outre ses voyages à vélo, Krankin' Thru China propose régulièrement des séances adaptées de natation ou d'équitation.

"Les amis handicapés que je connais ont changé d'attitude" face au handicap, assure Wang Feng. Nombre d'entre eux lui ont demandé comment faire pour s'engager plus dans le collectif.

- "Profiter du monde" -

Mais il reste encore beaucoup à faire, comme l'ont constaté les cyclistes alors qu'ils approchaient Hohhot: trouver un hôtel accessible pour les fauteuils roulants n'a pas été simple.

Si les grandes villes chinoises ont beaucoup progressé ces dernières années, adaptant leurs infrastructures et immeubles aux handicaps, ce n'est pas le cas de la plupart des communes plus petites et en zones rurales.

Quant aux vélos à main, ils restent à des tarifs prohibitifs et leurs pièces détachées sont souvent très difficiles à remplacer.

"Cela nous est déjà arrivé, quand on était sur la route au Yunnan (...) et qu'il y a eu une panne: c'était un gros risque en termes de sécurité", se souvient Wang Feng.

"La plupart des équipements adaptés doivent être fabriqués sur mesure, ce qui les rend très coûteux et limite fortement les options", souligne son coéquipier Pan Yifei. "Il y a donc très peu de personnes qui peuvent accéder à ces sports."

Le prototype testé en Mongolie intérieure vise à changer cela: conçu par des chercheurs de l'université de New York, il a été monté par l'équipe, assistée du professeur Noel Joyce et de ses étudiants du campus de Shanghai de l'université new-yorkaise.

Son plan est en accès libre et ses pièces sont standards, donc disponibles dans la plupart des magasins spécialisés.

"Toute personne handicapée devrait être en mesure de réparer un vélo dans le même laps de temps qu'une personne valide", estime Noel Joyce.

Avec, au final, un objectif: "Que les personnes handicapées soient plus souvent à l'extérieur, pour profiter du monde".

tjx/ka/sbr/lpa