Chine : le tai-chi au patrimoine culturel immatériel de l'humanité

À cheval entre l'art martial et la méditation, le tai-chi se caractérise par des gestes lents, amples et précis. Cette discipline est désormais inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Une immense fierté pour les Chinois, qui le pratiquent à tout âge. "C'est une fierté pour nous que le tai-chi chinois soit enfin révélé au monde, commente Lan Guizhen, retraité. Tous les Chinois ont le sentiment que la culture traditionnelle chinoise est de plus en plus acceptée par le monde." Plusieurs courants de tai-chi Le tai-chi était considéré comme un art féodal pendant la révolution culturelle. Il a repris aujourd'hui toute sa place dans la culture et compte plusieurs courants, parmi lesquels celui de l'école Cheb, plus musclé. "Son essence, c'est l'art martial, qui consiste à se battre sur le champ de bataille, explique Wang Zhanjun, professeur de tai-chi Chen. C'est l'un des plus de 120 types de boxe en Chine." Le tai-chi est bénéfique sur la santé : il améliore la posture, assouplit les articulations et fortifie le corps. Plus relaxant, le style Yang est, quant à lui, le plus populaire en Occident.