En Chine, les Shanghaiens retrouvent une liberté relative

Quelque 90 % des habitants de Shanghai peuvent de nouveau sortir de chez eux ce mercredi, alors que les restrictions sanitaires sont progressivement levées. Après deux mois de confinement face à la vague Omicron, il est à nouveau possible de prendre les transports en commun et, pour une partie d’entre eux, de retourner au travail.

Avec notre correspondant à Pékin,

C'est un sentiment de liberté, un peu comme celui que peuvent éprouver les poissons que l’on remet dans la rivière. On ne sait pas toujours par où commencer, en dehors des tests PCR, à effectuer tous les trois jours et obligatoires pour accéder aux transports et aux lieux publics.

Carole Gabay, présidente de l’association « solidarité Covid » a déjà des idées pour occuper cette liberté retrouvée : un tour par la boulangerie. « Je vais sortir cet après-midi. J'ai mon coiffeur qui m'a donné rendez-vous et je vais essayer de faire d'aller faire des courses pour retrouver le pain que je n'ai pas pu avoir pendant tout le confinement », nous explique la Française de Shanghai.

Parfois, on ne sait pas par où commencer après ces très longues semaines d’enfermement. Thomas Malischewski a peu dormi cette nuit. Cet ex-confiné confie avoir passé 80 jours chez lui sans voir personne. Aujourd'hui, ce professeur de français appréhende devant cette liberté retrouvée.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles