Comment la Chine serre la vis à Hong Kong

·1 min de lecture

La Chine va resserrer un peu plus son emprise sur Hong Kong, en y imposant des élus "patriotes". En 1984, le Royaume-Uni et la Chine s'étaient mis d'accord sur les conditions de la rétrocession de Hong Kong, effectuée en 1997. La "Loi fondamentale", sorte de mini-constitution hongkongaise en vigueur depuis le retour à la Chine, octroie au territoire un statut particulier lui permettant de conserver ses spécificités (liberté de la presse, liberté d'expression, libéralisme économique, justice indépendante). C'est le principe "Un pays, deux systèmes", censé rester en vigueur pendant au moins 50 ans. Il permet au territoire de conserver son propre système politique avec son gouvernement, son parlement local et ses élections.

Que ce soit sous la colonisation britannique ou depuis la rétrocession, Hong Kong n'a jamais bénéficié d'un système démocratique à l'occidentale. La mini-constitution hongkongaise stipule néanmoins que le "suffrage universel" est un objectif ultime à atteindre. Après de grandes manifestations à Hong Kong en 2019 pour demander notamment l'avènement du suffrage universel direct, le gouvernement central avait déjà réagi l'an passé avec une loi sur la sécurité nationale, qui a permis de museler de nombreuses personnalités d'opposition.

>> A lire aussi - Sous la coupe de la Chine, Hong Kong va descendre aux enfers, avertit Donald Trump !

La réforme électorale votée mardi a été imposée par Pékin sans que le Conseil législatif (Legco, le parlement hongkongais) n'ait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après avoir saccagé une maison la veille, les loueurs Airbnb reviennent pour une seconde soirée
Comment bénéficier du chèque énergie, où paye-t-on le moins cher les mutuelles santé ? Le flash éco du jour
Canal de Suez : l'Ever Given a été remis à flot, la circulation reprend
Deux footballeurs de l’OM présents à une fête illégale en Espagne
L’Espagne a accusé un déficit public à deux chiffres en 2020 !