Chine: une série sur la seconde guerre sino-japonaise jugée «historiquement incorrecte» et censurée

·2 min de lecture

Les productions sur la seconde guerre sino-japonaise ne manquent pas sur les écrans chinois, mais celle-ci a déplu à la critique officielle. La série « Les guerriers du tonnerre » a été déprogrammée deux semaines après sa première diffusion. Le Quotidien du peuple a jugé le programme « historiquement incorrect », notamment en raison de l’apparence des acteurs.

Avec notre correspondant régional, Stéphane Lagarde

Des bombes, des combats acharnés sous la mitraille de l’armée impériale nippone, en apparence rien ne choque dans cette énième saga de la deuxième guerre sino-japonaise (1937-1945) retraçant l’épopée de « l’armée de la 8e route », bataillon communiste d’élite au sein de l’armée nationale révolutionnaire.

Les premiers épisodes de « Leiting Zhanjiang », « Les guerriers du tonnerre » ont commencé à être diffusés sur une télévision de la province du Hunan et sur des plateformes de streaming, mais en début de semaine, les fans n’ont pas pu voir la suite. La critique officielle n’ayant visiblement pas du tout apprécié la mise au goût du jour du récit historique.

Et pour cause, on y trouve des soldats aux cheveux gominés, un héros qui fume des cigares et boit du café, des infirmières portant des souliers vernis et une villa luxueuse comme base de la résistance. Les producteurs ont voulu séduire un public jeune, souligne le site d’information d’État Sixthones.

« C’est bien de prendre en compte les habitudes des jeunes et d’utiliser des moyens d’expression innovants », écrit l’éditorialiste du Quotidien du Peuple la veille de la déprogrammation. « Mais le respect de l’Histoire est une condition préalable », ajoute l’organe du Parti communiste chinois.

Ce n’est pas la première fois que des films sur la « guerre patriotique » contre l’occupant japonais sont qualifiés de vulgaires ou d’historiquement incorrects. Souvent, ce sont des détails qui servent de failles pour attaquer l’œuvre.

À écouter aussi : Chine: vivre avec la censure