Chine: une réforme de l’éducation pour pallier le manque d'employés qualifiés dans l’industrie

En Chine,12 millions d’élèves viennent de terminer les épreuves du Gaokao, l’équivalent du bac, un examen très difficile qui donne accès au cycle d’études supérieures. Mais aujourd’hui, l’éducation vise surtout à rediriger les élèves vers des filières professionnelles, pour pallier le manque de main-d’œuvre dans le secteur de l'industrie. Pour cela, le pays veut réformer son système éducatif.

Avec notre correspondant à Pékin,

Aujourd’hui, 50% des jeunes accèdent à l'université, selon les chiffres du ministère chinois de l’Éducation, alors qu’ils étaient 40% en 2016. Mais il reste le barrage du Zhongkao, une sorte de brevet des collèges, véritable muraille à franchir pour les élèves venus des campagnes notamment, et qui effectue une sorte de premier « tri ».

L'État encourage à faire des études supérieures puisqu’avec ces 12 millions de candidats au Gaokao, c’est 10 % de plus que l’an passé. Mais la Chine est dans ce qu’on appelle un « piège à revenus intermédiaire ». Pour arriver à une « société de moyenne aisance » comme disent les autorités, il faut combler le retard de scolarisation au lycée entre les zones rurales et les zones urbaines. Mais en fait, la réforme de l’éducation vise surtout à rediriger les élèves vers des filières professionnelles.

À lire: En Chine, la «génération Covid-19» passe son bac

Des machines sophistiquées nécessitant une main-d'œuvre qualifiée


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles