La Chine réfléchit à son plan quinquennal sur fond de nouveaux objectifs climatiques

·4 min de lecture
LA CHINE RÉFLÉCHIT À SON PLAN QUINQUENNAL SUR FOND DE NOUVEAUX OBJECTIFS CLIMATIQUES
LA CHINE RÉFLÉCHIT À SON PLAN QUINQUENNAL SUR FOND DE NOUVEAUX OBJECTIFS CLIMATIQUES

SHANGHAI/PEKIN (Reuters) - Les responsables politiques chinois réfléchiront à partir de lundi à de nouvelles mesures ambitieuses pour lutter contre le changement climatique lors d'une séance plénière du Comité central, le plus important organe décisionnel du parti communiste au pouvoir, destinée à finaliser le plan quinquennal de développement du pays.

Ce plénum, qui se tient à huis clos jusqu'à jeudi et au cours duquel sont évoquées les grandes orientations économiques et sociales de la Chine pour 2021-2025, intervient après que le président Xi Jinping s'est engagé à rendre le pays neutre en termes d'émissions de carbone d'ici 2060 et alors que l'économie chinoise souffre de la pandémie de coronavirus.

Les services gouvernementaux chargés de l'élaboration du plan devaient finaliser une première version d'ici avril mais l'annonce de Xi Jinping aux Nations unies sur la neutralité carbone de la Chine les oblige à intégrer les nouveaux objectifs climatiques.

Avant septembre, peu s'attendaient à ce que la Chine promette des réductions plus ambitieuses sur ses émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique au cours des cinq prochaines années. Les documents officiels signalaient plutôt l'intention de Pékin de faire de la sécurité énergétique et de l'économie ses principales priorités.

Beaucoup s'attendait également à ce la Chine se lance dans une nouvelle vague de construction de centrales au charbon mais les responsables politiques ont été forcés de revoir leur copie.

CHANGEMENT DU MIX ÉNERGÉTIQUE

"En ce moment, chaque niveau de gouvernement est occupé à travailler sur le 14ème plan quinquennal", a déclaré Kevin Lo, directeur associé de l'Institut David C. Lam pour les études Est-Ouest à Hong Kong, qui étudie les politiques environnementales de la Chine.

"Il est entendu qu'il n'y a pas de temps à perdre si la Chine veut atteindre la neutralité carbone d'ici 2060".

Selon les experts, le pays doit faire passer la part du charbon dans son mix énergétique à moins de 50% d'ici 2025 contre 58% en 2019 et soutenir davantage les technologies telles que celles dédiées au captage de carbone.

La Chine pourrait commencer par fixer un plafond absolu d'émissions pour la première fois, estime Zou Ji, directeur de l'Energy Foundation China, qui a participé aux recherches du plan quinquennal.

Dans des commentaires diffusés sur les réseaux sociaux, Li Tianxiao, qui travaille au sein du Centre de recherche de développement, un groupe de réflexion qui conseille le gouvernement, a estimé que la Chine aurait besoin de doubler ses capacités d'énergies éolienne et solaire d'ici 2025.

"La partie la plus difficile de ce changement n'est pas l'investissement ou l'ampleur des ajouts de capacités renouvelables, mais la transition sociale qui l'accompagne", observe pour sa part Prakash Sharma, analyste au sein du cabinet Wood Mackenzie.

RENFORCER LA DEMANDE INTÉRIEURE

Outre les engagements climatiques, le plénum doit aussi discuter d'un objectif de croissance économique à cinq ans alors que la Chine a abandonné sa prévision pour cette année pour la première fois depuis 2002 dans le contexte d'incertitudes provoquées par le nouveau coronavirus.

La Chine, où l'épidémie de COVID-19 est apparue pour la première fois en décembre dernier, a connu une forte reprise économique après avoir freiné la propagation du virus sur son territoire, mais les perspectives mondiales restent sombres et la pandémie a aggravé les tensions avec les États-Unis.

Des sources politiques ont déclaré à Reuters que les dirigeants chinois sont prêts à approuver un objectif de croissance plus faible par rapport à celui du précédent plan 2016-2020 visant une croissance annuelle moyenne de plus de 6,5%.

Les économistes et les groupes de réflexion ont proposé un objectif de croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) d'environ 5% en moyenne, dans une fourchette de 5% à 5,5% et de 5% à 6%, selon les sources.

La stratégie économique du pays devrait avoir pour priorité le renforcement de la demande intérieure. Plusieurs conseillers du gouvernement ont plaidé en faveur de réformes visant à assouplir les restrictions en matière de droits de résidence et de propriété foncière et à augmenter les revenus des ménages.

Des mesures sont aussi attendues sur la libéralisation du marché des capitaux afin de dynamiser le crédit pour les entreprises du secteur privé.

Le nouveau plan quinquennal devrait être dévoilé lors de la réunion annuelle du Parlement au début de 2021.

(Muyu Xu, David Stanway et Kevin Yao, avec Brenda Goh et David Stanway; Blandine Hénault pour la version française)