Chine. Dans la province du Hebei, tous les moyens sont bons pour endiguer la pandémie

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Transférer massivement les villageois vers des lieux de confinement collectif, créer d’emblée des espaces pour leur quarantaine : la province de Hebei, dans le nord de la Chine, où de nouveaux cas de Covid-19 sont apparus, est en ordre de marche pour combattre le virus.

“Pour entrer dans le comté de Zengcun, il faut porter des combinaisons de protection, et le véhicule doit être désinfecté. Sur la route qui mène au village de Xiaoguozhuang, nous voyons des ruraux portant des bagages, habillés d’épais vêtements d’hiver, qui attendent devant le bus”, explique Zhongguo Xinwen Zhoukan, l’hebdomadaire de Pékin.

Le premier cas positif a été détecté le 2 janvier à Xiaoguozhuang, village à seulement 5 kilomètres de l’aéroport international de Shijiazhuang, capitale du Hebei, voisine de Pékin.

Quatre jours plus tard, après avoir détecté huit nouveaux cas confirmés en un seul jour, le pouvoir passe à l’action. “L’entrée du village est gardée par une équipe de quatre ou cinq personnes, composée de policiers et de villageois, en poste vingt-quatre heures sur vingt-quatre”, a constaté le magazine, en précisant que l’ensemble des habitants du village, soit 4 700 personnes, ont été transférés vers des lieux de confinement collectif.

À lire aussi: Pandémie. À Shijiazhuang, la menace du coronavirus plane à nouveau sur la Chine

Le magazine économique Caixin a, de son côté, révélé que les habitants des douze villages du comté de Zengcun ont été invités, le 11 janvier, à se déplacer pour une quarantaine centralisée. Plus de 20 000 villageois sont concernés. La décision de transfert est survenue en urgence. Un villageois s’est plaint que ses parents sexagénaires et son enfant de trois

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :