Chine: le promoteur immobilier Shimao en défaut de paiement

© SOPA Images

Le promoteur Shimao n'a pas pu honorer un remboursement d'une valeur de plus d'un milliard de dollars, soit 981 millions d'euros. Ce défaut de paiement est le plus important en Chine dans le secteur de l'immobilier depuis le début de l'année. Il est le signe de difficultés qui dépassent le cas de Shimao.

La conjoncture et la crise liée au Covid-19 sont les coupables désignés par Shimao pour expliquer ses déboires. L'immobilier, longtemps moteur de la croissance en Chine, est aujourd'hui pénalisé par les incertitudes qui pèsent sur les revenus des ménages. Concrètement, Shimao a vu ses ventes se replier de 72% sur un an au cours des cinq premiers mois de l'année et le promoteur n'est guère optimiste pour les semaines, les mois à venir. Shimao prévient : le phénomène est amené « à se poursuivre à court terme ».

À lire aussi : Chine: la Banque centrale baisse un de ses taux d’intérêts de référence pour relancer l’immobilier

Au-delà des ventes, le secteur rencontre des difficultés à se financer. Même si l'immobilier et la construction pèsent plus du quart du PIB de la Chine, ces dernières années, Pékin a durci les conditions d'accès au crédit pour les promoteurs pour réduire leur endettement. Résultat : de nombreux groupes se retrouvent à court de liquidité. C'est le cas d'Evergrande. La mauvaise santé du numéro un pénalise donc, par ricochet, ses concurrents. Les acheteurs se montrent de plus en plus réticents à investir dans la pierre.

En mai, un autre poids lourd, Sunac, avait annoncé un défaut de paiement. Certains promoteurs sont tellement aux abois qu'ils en viennent, selon la presse locale, à accepter des paiements en produits agricoles.

À écouter aussi : Covid: la stratégie chinoise menace-t-elle l’économie mondiale ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles