En Chine, le Premier ministre fait état d'une situation critique pour l'économie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En Chine, 100 000 fonctionnaires sont mobilisés pour stabiliser la deuxième économie du monde, très fortement affectée par la crise sanitaire, crise immobilière et les conséquences de la guerre en Ukraine. La situation est pire qu’au début de la pandémie, a reconnu mercredi 25 mai le Premier ministre Li Keqiang, lors d’une visioconférence avec des responsables de toutes les provinces chinoises.

De notre correspondant à Pékin,

Certains sur les réseaux l’ont comparé à la conférence des 7 000 cadres du parti en 1962, qui s’étaient réunis pour critiquer la politique du « Grand bond en avant ». Sans aller jusqu’à l’autocritique comme à l'époque, il y avait dans la réunion XXL de mercredi quelque chose de suffisamment inhabituelle pour réveiller les réseaux sociaux qui, chose rare là aussi, bruissaient sur le sujet avant même que les médias officiels n’en fournissent le compte rendu.

Revenus fonciers en baisse

Tous les échelons administratifs étaient devant leurs écrans : du conseil des affaires d’État – le gouvernement chinois – aux responsables de comté, de canton et même de village. Pas d’autocritique, mais un constat morose : selon Li Keqiang, l’économie chinoise fait face à un risque critique suite aux confinements à répétition et autres mesures de la stratégie « Zéro Covid », qui veut éviter un trop grand nombre de décès liés à la pneumonie virale via des restrictions sanitaires drastiques, mais en même temps paralysent les usines et les mégalopoles chinoises.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles