La Chine pointée du doigt, après le départ des Kiribati du Forum du Pacifique

Le 9 juillet, le président des Kiribati, dans la région de Micronésie, a fait savoir que son pays quittait le Forum des îles du Pacifique, le FIP. La nouvelle tombe mal, alors que les dirigeants de l'organisation régionale sont en réunion cruciale aux Fidji cette semaine, jusqu'au 14 juillet. Certains membres espèrent faire changer d'avis l'archipel, suspecté de céder à l'offensive de charme des Chinois.

Encore un pays insulaire de moins, au sein du Forum des îles du Pacifique. Les Kiribati quittent l'organisation politico-économique, et provoquent un malaise, au moment même où les dirigeants d'autres membres sont à Suva, capitale des Fidji et siège du FIP, pour évoquer les enjeux régionaux, qui sont majeurs. En toile de fond : les craintes de montée des eaux dans cette partie du monde.

Dans une lettre adressée le 9 juillet au secrétaire général, le président Taneti Maamau justifie « la décision souveraine » de son pays, qui abrite 120 000 âmes, « avec effet immédiat », par la non-nomination d'une personne issue de sa région, la Micronésie, à la tête du Forum. Plusieurs autres membres micronésiens menaçaient d'en faire de même, mais ont renoncé après un accord récent.

Les Kiribati ne se sentent pas écoutées

Fondé en 1971, le FIP regroupait 18 membres listés sur le site officiel de l'organisation. Outre les Kiribati et les Palaos, on y trouve l'Australie, les Cook, les États fédérés de Micronésie, les Fidji, la Polynésie française, Nauru, la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande, Niué, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Marshall, les Samoa, les Salomon, les Tonga, les Tuvalu et l'archipel de Vanuatu.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles