La Chine occupe militairement un récif philippin et rend furieux les États-Unis

·1 min de lecture

La Chine réussira-t-elle à coloniser des îles appartenant aux Philippines ? C’est la crainte principale de Rodrigo Duterte, le président philippin, et de généraux américains depuis le 21 mars dernier. Ce jour-là, 200 navires de pêcheurs chinois se sont amarrés près du récif Whitsun, révèle le Japan Times. Cet îlot inhabité d’à peine 10 kilomètres carrés se situe en mer de Chine méridionale, à 330 kilomètres de l’île de Palawan sous autorité de Manille et à environ 160 kilomètres de l’archipel des Spratley, revendiqué et occupé militairement par la République populaire. Or, l’État philippin considère que le récif Whitsun fait partie intégrante de son territoire. Ce qui lui donne accès à une zone économique exclusive d’un rayon de 320 kilomètres autour de ce bout de terre. Elle lui garantit notamment des droits d’exploitation dans les domaines de la pêche ou des hydrocarbures.

Seulement Manille n’est pas l’unique gouvernement à réclamer ce territoire, c’est aussi le cas de Pékin, qui estime que toutes les îles de la mer de Chine méridionale lui appartiennent. Le Vietnam a également des vues sur le récif. Pour ne rien arranger à cette dispute territoriale, les 200 bateaux de pêcheurs chinois amarrés près de Whitsun, seraient en fait des navires d’une milice maritime directement placée sous la protection de la marine de guerre chinoise. Devant cette “occupation rampante” du récif, Delfin Lorenzana, le ministre philippin de la Défense, a exhorté la Chine “à cesser cette incursion et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Canal de Suez : l’Egypte réclame un dédommagement colossal, le porte-conteneurs incriminé a été saisi
Le coût colossal du Covid-19 pour la France, d’ici 2022
L’ambassadeur de Chine menace la France de sanctions si les sénateurs maintiennent leur voyage à Taïwan
Un vaste réseau de contrebande de cigarettes démantelé en France, 12 personnes interpellées
Covid-19 : "on n'est pas au sommet" de la troisième vague, avertit l’APHP