Chine: des morts de célébrités sèment le doute sur les chiffres officiels sur le Covid-19

Des patients atteints du Covid-19 dans un hôpital de Chongqing en chine, le 23 décembre 2022 - NOEL CELIS / AFP
Des patients atteints du Covid-19 dans un hôpital de Chongqing en chine, le 23 décembre 2022 - NOEL CELIS / AFP

Le réalisateur Wang Jingguang, l'acteur Fu Zucheng, le scénariste Ni Zhen, l'acteur Gong Jintang, le footballeur Wang Ruoji... Plusieurs personnalités chinoises sont décédées ces dernières semaines, sans que la cause de leur mort ne soit révélée, ou, comme dans le cas de Ni Zhen, qu'autre chose qu'une "maladie" ne soit mentionnée.

Ces décès, qui ont une certaine visibilité, créent des questionnements sur les réseaux sociaux chinois, rapportent la BBC, The Guardian et le média américain Semafor. En effet, les autorités chinoises ne font état que de très peu de morts du Covid-19, surtout pour une population de 1,4 milliard d'habitants.

Depuis le 1er janvier par exemple, le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies n'a rapporté que deux morts des suites du Covid-19.

Les internautes s'interrogent

Sur Weibo, l'équivalent de Twitter en Chine, certains internautes se disent que ces chiffres ne sont pas représentatifs après la mort d'autant de personnes connues:

"Qu'il s'agisse d'académiciens ou de célébrités… ou de mes proches et amis en contact étroit, j'ai vraiment l'impression que beaucoup de gens sont morts, mais les experts continuent de dire que ce n'était pas le cas", estime par exemple une personne, selon le Guardian.

Le journal retranscrit un autre commentaire: "Je supplie les adultes qui ne peuvent pas voir les fourmis au sol de voir combien de personnes sont décédées à cause de Covid. Combien de personnes qui ont beaucoup contribué pour ce pays sont mortes?".

L'OMS demande de la transparence

Michael Ryan, directeur exécutif du programme d'urgence sanitaire de l'OMS, ne disait pas autre chose mercredi: "nous pensons que les chiffres actuels publiés en Chine sous-représentent le véritable impact de la maladie en termes d'admissions à l'hôpital, en termes d'admissions aux soins intensifs, et en particulier en termes de décès.

Le mécontentement semble monter en Chine depuis plusieurs semaines, un phénomène rare dans ce pays où les libertés sont restreintes. Fin novembre, des manifestations d'une ampleur inédite depuis des années ont éclaté dans certaines villes, dont Canton, pour dénoncer la sévérité de la politique de "zéro Covid" menée par Pékin.

Les restrictions sanitaires ont été par la suite soudainement assouplies, entraînant un rebond épidémique important, qu'il est toutefois difficile de chiffrer avec certitude.

Article original publié sur BFMTV.com