Chine: les manifestants ciblés «via» leurs «smartphones»

AFP - NOEL CELIS

En Chine, après les manifestations contre la stratégie « zéro Covid-19 », la police traque les manifestants notamment via leurs téléphones portables. Nombre d’entre eux affirment avoir été appelés ou avoir reçu la visite des agents de la sécurité publique juste après leurs participation aux rassemblements protestataires dans plusieurs villes du pays.

Avec notre correspondant à Pékin,

« Je ne préfère pas vous parler par téléphone, même sur messagerie cryptée », nous a expliqué celle qui se fait appeler Mianhua. Rendez-vous est donc donné près d’un parc du sud de la capitale. Vingt minutes à patienter dans le froid et voilà le bonnet vert citron indiqué comme point de repère, qui arrive en vélo. Un sourire derrière les grande lunettes vintage, la conversation va rouler le long de la promenade de santé d’un petit canal, où il y a peut-être un peu moins de caméras de surveillance.

Fouille des téléphones

Cette pression policière oblige les protestataires à prendre des précautions : « J’ai un peu peur maintenant, dit-elle, car je sais que je suis fichée. A chaque fois que je vois une voiture de police, je me sens nerveuse, même si je fais attention. Quand je quitte la maison, j’efface toutes les applications étrangères sur mon téléphone. Et puis, je retire ma carte Sim de mon smartphone, pour éviter qu’ils me suivent. »

►À lire aussi : En Chine, les signes d'un allègement de la politique sanitaire


Lire la suite sur RFI