Chine: malgré la levée partielle des restrictions sanitaires, la prudence reste de mise

AP - Andy Wong

Les restrictions sanitaires sont partiellement levées ce lundi dans plusieurs mégalopoles chinoises. À Pékin, il n’est plus nécessaire de présenter un test négatif de moins de 48 heures pour prendre les transports en commun. Une nouvelle liberté relative qui demande aussi une certaine adaptation des esprits, après des années à vivre dans la peur du virus.

de notre correspondant à Pékin

Des regards inquiets et l’impression de partir à l’aventure sans filet ce matin, pour ces usagers du métro pékinois. Plus besoin de présenter son test Covid à l’entrée, alors que depuis le printemps dernier ces tests étaient obligatoires pour accéder aux lieux publics dans la plupart des villes de Chine.

Cette jeune fonctionnaire ressent un peu d’appréhension: « J’ai un peu peur moi ! Il y a beaucoup de gens qui prennent les transports en commun et le Covid-19 est loin d’avoir disparu. En ce moment, beaucoup de gens stockent les médicaments, ce sont des traitements pour faire baisser la fièvre. Comme ça, si on ne se sent pas bien, on se soigne à la maison. »

Les médias d’État ont multiplié ces derniers jours les messages rassurants sur le caractère moins dangereux d’Omicron comparé aux précédents variants.

À écouter aussi : Zéro-Covid en Chine: «La clé de tout cela, c'est le système de santé chinois»

Plus besoin de carte d’identité pour acheter de l’aspirine


Lire la suite sur RFI