Chine : des maîtres font cloner leur animal de compagnie

Depuis le premier clonage d’un chat nommé Gousse d’ail en 2019, les clones d’animaux de compagnie se multiplient en Chine. Li Shuyuan a demandé le clone de sa chienne, dont il était très proche, à la suite de son décès après 17 ans de vie. Les Chinois sont de plus en plus nombreux à vouloir une copie génétique parfaite de leur chien ou leur chat préféré. Une société pékinoise qui facture 32 000 euros pour cloner un chat et 42 000 euros pour un chien s’est lancée sur un marché très porteur. “Nous avons des cellules embryonnaires de chats, de chiens, de chevaux et de plusieurs espèces rares”, explique Liu Xiaojuan, responsable du laboratoire. Clonage d’espèces rares Une partie de l’activité du laboratoire est destinée aux particuliers fortunés, mais les scientifiques travaillent également sur la conservation d’animaux en danger, comme le panda ou le dauphin blanc. Le clonage d’animaux à des fins commerciales est interdit en France, mais en Chine, malgré les interrogations éthiques que cela peut susciter, ce marché de niche reste très lucratif.