La Chine impose de nouvelles taxes sur le vin australien

·1 min de lecture

Le gouvernement chinois a annoncé ce vendredi 26 mars l’imposition de taxes prohibitives sur l’importation des vins australiens en bouteilles, alors que les tensions entre Pékin et Canberra se sont exacerbées depuis le début de la pandémie de coronavirus. Un coup très dur pour les viticulteurs australiens, puisque la Chine est leur premier client à l’international.

Avec notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Des surtaxes allant de 110 à 220 %, c’est ce que les autorités chinoises vont imposer à partir de ce dimanche 28 mars aux vins australiens en bouteille, et ce pour les cinq prochaines années. C’est là le résultat d’une enquête lancée en août dernier par le ministère chinois du Commerce, qui accuse les viticulteurs australiens de dumping.

Cette nouvelle sanction commerciale contre l’Australie s’ajoute à d’autres mises en place ces derniers mois, visant l’orge, le bœuf, ou encore le charbon, dans un contexte de tensions grandissantes entre Pékin et Canberra.

Appel à l'OMC

Les ventes de vin australien, déjà soumises depuis août à une taxe de 200 %, se sont écroulées ces derniers mois, chutant à un million de dollars en janvier contre 164 millions en octobre dernier.

Au-delà du vin, c’est tout le commerce entre l’Australie et la Chine, son premier partenaire commercial, qui est affecté. D’après un rapport du ministère australien des Affaires étrangères, les exportations vers la Chine, hors minerai de fer, ont chuté de 40 % depuis la fin 2019. Canberra compte pour sa part faire appel à l’Organisation mondiale du commerce.

À lire aussi : La Chine impose de très lourdes surtaxes aux vins australiens