Chine : la grande parade de l'armée pour le 70e anniversaire de la capitulation japonaise

Francetv info avec AFP

La Chine a fêté, jeudi 3 septembre, sa victoire contre le Japon en 1945 et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour le président Xi Jinping, qui a ouvert les commémorations, cette date a rétabli "la Chine comme un grand pays dans le monde".

"La victoire totale de la guerre anti-japonaise a fait de nouveau de la Chine un grand pays dans le monde", aujourd'hui attaché à "défendre la paix", a déclaré Xi Jinping sur la place Tiananmen, à Pékin. Il a annoncé que les effectifs de l'Armée populaire de libération, la plus grande du monde, allaient baisser de 300 000 hommes. Mais cette réduction concernera essentiellement des unités obsolètes et des personnels non combattants, selon le ministère de la Défense.

Xi Jinping muscle ses forces armées

Sous la direction de Xi Jinping, la Chine s'est éloignée de la politique de "profil bas" préconisée par son prédécesseur Deng Xiaoping, et montre désormais ses muscles. Quelque 12 000 soldats et 500 engins ont paradé, survolés par près de 200 avions et hélicoptères, symboles de la puissance chinoise montante. Des missiles anti-navire balistique DF-21D, dit "tueurs de porte-avions", ont également été présentés.

Les cérémonies étaient réservées à des invités triés sur le volet,

les Pékinois ayant été mis en congés. Vladimir Poutine faisait figure de vedette, tout comme la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, ainsi que son homologue sud-africain Jacob Zuma, ou encore le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Seul représentant gouvernemental des grandes diplomaties occidentales présent à Pékin, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, a qualifié le défilé de "grande réussite".

Retrouvez cet article sur Francetv info

VIDEO. L'un des héros du Thalys accueilli comme une rock star aux Etats-Unis
Le petit Aylan Kurdi enterré avec sa mère et son frère à Kobané, en Syrie
Les Français se mobilisent pour accueillir les migrants
Migrants : ce que l'on sait sur le parcours d'Aylan et de sa famille
Migrants : en France les initiatives locales se multiplient pour les accueillir