Chine: face aux doutes, Sinovac réaffirme l’efficacité de son vaccin anti-Covid-19

·2 min de lecture

Selon un institut brésilien, le vaccin chinois CoronaVac montre une efficacité de 50,38% contre le Covid-19, suite à des essais réalisés au Brésil. Ce mercredi 13 janvier, le laboratoire chinois Sinovac a réaffirmé l’efficacité de son vaccin.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Difficile d’interpréter les résultats d’un vaccin quand ils varient autant en l’espace de quelques jours, en fonction des études réalisées par les laboratoires partenaires. Celui de Sinovac serait efficace à 91,2%, disaient les données provisoires venues de Turquie, 65,3% côté indonésien et 50,4% selon le dernier chiffre publié par l’institut Butantan au Brésil.

Face aux doutes suscités par ces fluctuations, le président du laboratoire chinois vient de réaffirmer la « très grande efficacité » de son produit. Selon Yin Weidong, ce résultat d’un peu plus de 50% – qui dépasse à peine le seuil fixé par les instances de régulation – inclut des cas présentant des symptômes bénins. Mais le vaccin resterait lui efficace à 100% contre les infections sévères. Une donnée que relativisent également certains experts qui rappellent que le vaccin de la grippe ne produit des résultats qu’à 60%.

À écouter : Covid-19: «Le gouvernement chinois a peur de perdre la face»

Diplomatie du vaccin

Cette dernière évaluation ne va en tous cas pas faciliter la diplomatie du vaccin mise en place par Pékin. La Chine a manqué de cohortes âgées pour faire ses essais. Et la campagne de vaccination chinoise ne concerne pour l’instant que la tranche d’âge de 18 à 59 ans.

La Chine entend justement élargir la population cible de sa vaccination Covid-19 pour inclure les personnes âgées de plus de 60 ans, a déclaré la commission nationale de la santé ce mercredi. Une décision prise en raison de l'augmentation des données issues de la recherche clinique sur les vaccins, de l'offre croissante de vaccins et de la nécessité de mieux contrôler l'épidémie.

À lire aussi : Covid-19: la diplomatie du vaccin de Pékin en Asie du Sud-Est