Chine: face au Covid-19, la grande ville de Xi’an ferme ses portes

AP - Shao Rui

En Chine, la grande ville de Xi’an, située dans le centre du pays, se referme. À compter du 5 juillet minuit et pendant une semaine, les lieux publics, les écoles, les lieux de culte, les musées, les marchés resteront fermés. Dix-huit cas Omicron ont été rapportés depuis samedi, dont des infections au sous-variant BA.5.

Avec notre correspondant en Chine, Stéphane Lagarde

Les écoliers sont partis en vacances plus tôt, les cafés et les restaurants ne servent plus qu’à emporter et, de nouveau, les treize millions d’habitants de l’ancienne capitale impériale sont invités à limiter leurs sorties. « Nous sommes engagés dans une course contre-la-montre face au virus », a déclaré mardi soir Zhang Xuedong, le directeur adjoint du bureau de la prévention et de contrôle des épidémies.

Surenchère au niveau local

Confinée pendant un mois l’hiver dernier, puis de nouveau quelques jours en avril, Xi’an en est à son neuvième plan de prévention et de contrôle et compte, ce mercredi, neuf zones classées à haut risque Covid-19, dix zones à risque moyen, où les habitants sont tenus de rester chez eux. Le reste de la population n’est pas confinée, mais ce professeur de français craint qu’avec le rebond Omicron, ses vacances dans l’île de Hainan tombent à l’eau.

« Quand ils mettent en place des zones à risques pour seulement quelques cas, dit-il, c’est généralement qu’ils ne savent pas l’origine des contaminations. Pour l’instant, je ne suis pas inquiet pour partir. En revanche, je ne sais pas ce que va dire le comité d’accueil de Hainan, face aux touristes venus de Xi’an. Si c’est pour passer ma semaine de vacances en quarantaine dans un hôtel que je n’ai pas choisi et d’où je ne verrai même pas la mer, alors non merci. À chaque fois que des foyers sont découverts localement, c’est la surenchère. »

Astérisque sur les passes sanitaires

Ce qui est étonnant, poursuit cet enseignant, « c’est le décalage entre les mesures de relâchement décrétées par le pouvoir central il y a quelques jours et la fermeté des pouvoirs locaux qui ont peur de se faire sanctionner. Nous n’avons plus d’astérisques sur les codes QR santé, mais localement les pinces du "zéro Covid" se referment encore plus rapidement au moindre cas de contamination. »

L’astérisque, l’étoile sur les passes sanitaires indiquant le passage par un district où des cas de contaminations ont été rapportés et donc stigmatisant son porteur, a été supprimé par la Commission nationale de la santé de manière à relancer les déplacements interrégionaux. Dans le même temps, aucune ville ne veut risquer de se retrouver dans la même situation que Shanghai et son confinement à rallonge, et les autorités locales renforcent les contrôles dès qu’apparaissent de nouvelles infections. Haut lieu du tourisme culturel, Xi’an s’impatientait justement du retour des touristes cet été. À compter de ce mercredi, les musées, notamment le fameux tombeau du premier empereur Qin Shi Huang et son armée de terre cuite, resteront provisoirement fermés.

Alerte Omicron également à Shanghai. La capitale économique a repris les tests de masse dans neuf districts, après qu'un cas confirmé a été détecté dans un bar karaoké, faisant craindre un nouveau foyer d’infection.

► À lire aussi : Covid-19 en Chine: 1,7 million d'habitants confinés dans la province de l'Anhui

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles